Un recul pour la masculinité

Depuis la dernière décennie, les hommes sont malheureusement en proie à une imposante féminisation de leur image et de leur corps. En effet, l’homme moderne s’épile, se parfume et se rase (souvent intégralement). Il se soumet ainsi aux souhaits cosmétiques de l’heure. Dernier grand coup d’éclat de l’industrie en ce sens : le V-neck ou le décolleté pour mâle. Désormais, dans plusieurs magasins, pas moyen de trouver un chandail ou un t-shirt qui n’ait pas été découpé d’un triangle dans la partie supérieure; ils le sont presque tous! J’exagère à peine.

À quoi peut bien servir cette mascarade? À épargner sur le tissu? À montrer ses seins-pectoraux volumineux? À donner davantage d’ouvrage aux enfants surexploités et sous-payés du tiers monde? À mettre de l’avant son amour des formes géométriques? À érotiser une partie de l’anatomie masculine tristement laissée pour compte pendant des années? À accentuer le recul de la masculinité? Qui sait? En espérant seulement que, comme la mode du yoyo, la tendance au V-neck passera. Et vite s’il vous plaît

Étienne Boudou-Laforce,
Sherbrooke

À la défense de Stéfanie Trudeau

Qui peut bien se porter à la défense de cette policière qui a commencé une bagarre inutile avec d’honnêtes citoyens et qui a longuement bavé sur eux comme s’ils étaient tous des petites merdes? Eh oui, vous connaissez mal la radio- poubelle de Québec. Sylvain Bouchard se porte vigoureusement à sa défense depuis quelques jours. Il croit même à la thèse de la policière qui traitait ses victimes de carrés rouges alors qu’on n’était pas du tout dans un contexte de manifestation, encore bien moins d’émeute. Bouchard s’attaque aux «médias biaisés gauchistes» qui critiquent le comportement de la policière. Il la défend sur ses propos en disant qu’il y a eu des gros mots, mais dans un contexte privé.

On n’a pas ici un problème de langage grossier. On a le problème d’une vermine qui a infiltré la police et dont l’attitude violente ne peut mener qu’à des confrontations avec des citoyens. Une personne qui doit représenter la justice, mais qui juge sévèrement les gens sur leur apparence parce qu’ils ne répondent pas à ses propres critères.

Cette femme a été prise en flagrant délit. Elle doit absolument être congédiée et elle devrait être poursuivie au criminel pour agression. Toutes les accusations d’en­trave doivent être aban­don­­­nées. Ces citoyens ont voulu se protéger d’une folle furieuse déguisée en policière.

Jeannot Vachon, Québec

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!