L’avenir leur appartient

Il n’y a qu’eux pour donner un sens à leur (notre) avenir. Maintenant 11 semaines que je suis le mouvement. Sur l’internet, dans les journaux, à la télé, au bureau, au supermarché, au café, dans l’autobus… dans la rue. Je suis troublée. Troublée par la beauté de ces jeunes, par autant de détermination de leur part. Par leur motivation, leur ténacité, leur courage et… leurs leaders si articulés. Ce sont des battants. Ils ne baissent pas les bras. Ils ont un objectif clair. Et ils l’atteindront. Toutes les caméras d’ici et du monde se tournent vers eux. Ils le méritent. Ils sont des exemples. Ils marchent en groupe, les coudes serrés. Ils me (nous) donnent des leçons. Des leçons de toutes sortes, mais surtout des leçons de vie.

Il y a 11 semaines, c’était moi qui leur donnais des leçons. Croyez-moi, ils en connaissent désormais plus que moi sur la vie, sur la manière d’envisager l’avenir. Le leur, mais aussi le nôtre. Car dans leur avenir, il y a le nôtre. N’est-ce pas? Ils sont nos enfants, notre relève, les partenaires de nos vieux jours. Avec eux, croyez-moi… on ne s’ennuiera pas!

J’ai beau creuser dans ma mémoire, de ma génération, je ne connais personne qui ait eu le courage d’autant de convictions. Avions-nous d’ailleurs des convictions? Peut-être aurions-nous dû nous poser la question. Et alors, nous lever, nous rassembler, nous mobiliser et… marcher en criant plus haut plus fort, pour que personne n’oublie que derrière nous, il y aurait nos (vos) enfants. Nous avons plutôt choisi de surfer sur ce que nous avions sans nous soucier ni du lendemain ni du voisin. Car dans cette bataille que livrent nos jeunes, il y a l’autre, le voisin. Celui qui marche avec eux, mais aussi celui qui est en classe alors que les autres manifestent pour ses droits également.

Je n’ai malheureusement pas eu la chance de mettre au monde des enfants. Si j’en avais eu, ce sont eux que j’aurais voulu avoir. Et depuis 11 semaines, je me plais à me dire que ces enfants, vos enfants, ceux-là mêmes qui se battent pour leur (notre) avenir, sont devenus les miens. Mais surtout que ce sont eux qui feront le monde de demain. Celui-là même dans lequel je (vous) vieillirai. Et croyez-moi, je n’ai aucune inquiétude à leur laisser la place qu’ils demandent et à leur donner les moyens qu’ils désirent pour mener à bien tous leurs projets les plus grands. Ils savent exprimer ce dont ils ont besoin pour arriver à leurs fins. Celles d’un monde meilleur pour eux et… pour nous!

Merci à vous de les avoir mis au monde et merci les jeunes d’être devenus ce que vous êtes.

Ne lâchez pas, nous sommes là.

Christine Levrot, enseignante, Cégep Marie-Victorin

Les chiffres

Le gouvernement libéral de Jean Charest dit que la hausse des droits de scolarité ne coûtera que 50 cents par jour aux étudiants. Ce qu’il ne dit pas, c’est que si toute la population du Québec assumait cette hausse, ça coûterait moins de 6 cents par contribuable pour améliorer et maintenir l’accès à un système d’éducation équitable pour tout le monde.

André Sirois

Aussi dans Courrier des lecteurs :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!