Soccer Canada/Twitter Ballou Tabla

Mardi, l’ancien joyau de l’Académie de l’Impact, aujourd’hui porte-couleurs du FC Barcelone B, Ballou Tabla, annonçait qu’il avait décidé de poursuivre sa carrière internationale sous les couleurs canadiennes.

Né à Abidjan, avant d’émigrer au Canada huit ans plus tard avec sa famille, le jeune footballeur était déchiré depuis près de deux ans entre représenter sur la scène internationale son pays d’accueil ou sa Côte d’Ivoire natale. Rappelons qu’un joueur qui dispute un match officiel avec l’équipe senior d’un pays demeure lié à celui-ci pour le restant de sa carrière.
Pour un jeune binational comme Ballou, il s’agissait donc d’une décision qui ne pouvait être prise à la légère et qui méritait la longue réflexion qu’il s’est imposée. Surtout qu’il avait devant lui deux options très attirantes, chacune pour des raisons bien différentes.

D’un côté, les Éléphants ivoiriens, une des meilleures sélections du grand continent africain, avec tout le standing international que cela implique. De l’autre, un Canada qui a encore tout à prouver sur la planète foot, mais qui semble promis, à court terme, à une croissance irrésistible, profitant des synergies de ce grand boom que vit le football nord-américain et qui semble s‘intensifier d’année en année.

Pour un jeune de 19 ans, la possibilité de représenter son pays dans une Coupe du monde, chez lui, alors qu’il est au sommet de sa carrière – Tabla aura 26 ans en 2026, lorsque le Mondial débarquera en partie au Canada –, est on ne peut plus séductrice. Et pas que sur le plan sportif… Ballou a tout ce qu’il faut pour devenir un des visages de ce prometteur projet canadien, aux côtés de l’autre prodige local, Alphonso Davies, récemment acquis par le Bayern Munich pour un montant de base de 22 M$US.

Il n’y a pas si longtemps, tout joueur de 19 ans ayant la moindre possibilité de s’aligner avec une équipe nationale du calibre de la Côte d’Ivoire n’aurait même pas songé à choisir le Canada. Comme quoi de nos jours les choses changent vite dans le soccer canadien, et elles changent pour le mieux… Enfin!

L’Impact toujours sur la clôture

Même s’il n’a perdu que 2 de ses 10 derniers matchs, l’Impact n’a pas encore réussi à consolider sa place en séries. Toujours bien posté au sixième rang, le XI montréalais a cependant vu l’Union de Philadelphie, au cinquième rang, le distancer de six points et sent son prochain rival, DC United, lui souffler dans le cou, à cinq points derrière lui, mais avec deux matchs en main.

Inutile donc d’insister sur l’importance de ce voyage dans la capitale américaine ce week-end: le tourisme doit y être proscrit! La troupe de Wayne Rooney n’a perdu que 2 de ses 10 dernières sorties elle aussi, mais elle a accumulé 5 victoires durant cette séquence, contrairement à 3 pour les Montréalais.

Complètement transformé par l’arrivée de l’ex-international anglais et par l’inauguration de son tout nouveau domicile, le 14 juillet dernier, United a remonté des bas-fonds du classement pour s’immiscer dans la course. Sa fiche de sept victoires, une défaite et deux nulles au Audi Field illustre bien le défi qui attend la troupe de Rémi Garde.

Comme on le souhaite souvent par les temps qui courent, on espère voir le meilleur visage de l’Impact, alors que sa saison pourrait bien être sur la ligne à Washington.

Aussi dans Le footeur :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!