Ryan Remiorz/La Presse canadienne Le chef de la CAQ, François Legault

La soirée électorale m’a fait vivre une gamme d’émotions assez large. Je suis allée au lit assez amère et inquiète. Je m’attendais à un éventuel gouvernement caquiste, malgré mon déni, mais pas à un gouvernement majoritaire. Ce qu’on a vu lundi soir semble être la poursuite d’une tendance en Amérique du Nord. Les gens veulent un changement, peu importe lequel apparemment. Je déteste le dire, mais ça augure bien pour Andrew Sheer aux prochaines élections fédérales.

Quatre ans, c’est long. Les premières sorties de la CAQ sur le port des signes religieux rappellent déjà le cafouillage du PQ en la matière. Ça ouvre aussi la porte à toutes sortes de dérapages : ça fait seulement deux jours et je suis déjà lasse des propos que je lis sur l’immigration. J’ai surtout hâte de voir comment ils vont défendre leur proposition d’interdire aux juges de porter des signes religieux, devant des principes comme celui d’indépendance judiciaire, dont l’un des piliers est l’indépendance institutionnelle.

Selon le site internet de la CAQ, M. Legault et son gouvernement prévoient aussi adopter la Déclaration des Nations unies sur les Droits des Peuples Autochtones et mettre en œuvre les recommandations de la commission Vérité et Réconciliation sur les pensionnats autochtones. J’espère que la CAQ prendra l’initiative d’aller de l’avant avec certaines recommandations, sans se défendre qu’elles étaient à l’intention du gouvernement fédéral, surtout quand on parle de protection des langues et des cultures autochtones. Comme le premier ministre désigné semble accorder beaucoup d’importance au français et aux «valeurs québécoises», il serait logique de mettre autant d’énergie dans la protection de cultures présentes sur le territoire depuis au moins 7 000 ans. Il faudra aussi s’assurer que François Legault ne tente pas de faire comme Justin Trudeau, c’est-à-dire choisir quels articles de la Déclaration lui conviennent et ignorer les autres, surtout ceux qui traitent d’exploitation des ressources. La CAQ a rencontré le gouvernement de ma nation, le Cree Nation Government. J’espère qu’ils ont appris quelque chose sur la Convention de la Baie-James et les 31 ententes qui s’y rattachent. Je pense qu’ils savent à qui ils ont affaire.

On devra rappeler à ce gouvernement ses engagements, puisqu’il s’est tellement présenté comme étant le changement. Ça compte aussi pour la promesse de réformer le mode de scrutin. On devra se tenir debout devant l’inacceptable. On verra si les 10 députés solidaires seront efficaces pour défendre ce que je viens de mentionner plus haut. Le paysage politique est en plein changement. C’est à la fois excitant et terrifiant.

Aussi dans Maïtée Labrecque-Saganash :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!