Le nouvel iPad est la tablette à choisir pour la grande majorité des gens.

Avec un iPad présentant des caractéristiques améliorées, un prix plus bas et une nouvelle compatibilité avec les stylets pour ceux qui préfèrent l’écriture manuscrite, Apple espère que les écoles adopteront son nouvel appareil. L’intérêt de celui-ci va toutefois bien au-delà des salles de classe. À condition d’avoir besoin d’une tablette, évidemment.

Il y a beaucoup d’éléments connus dans l’iPad de sixième génération lancé récemment par Apple et vendu à un nouveau prix réduit de 429 $.
Visuellement, il rappelle davantage les anciens iPad Air que l’iPad Pro, plus cher. On retrouve donc le format habituel de 9,7 po avec un cadre assez gros et deux haut-parleurs, contre un format de 10,5 po et 4 haut-parleurs pour l’iPad Pro.

Le nouvel iPad a aussi des composantes inférieures à celles du modèle professionnel. Son processeur A10 est légèrement moins puissant que le A10X du Pro; sa caméra est d’une génération précédente et son écran affiche des couleurs moins riches. Ces compromis sont toutefois mineurs et n’affectent pas l’expérience de l’utilisateur.

Une bonne tablette à l’école

La plus grande nouveauté de l’iPad est sa compatibilité avec l’Apple Pencil (129 $), qui était jusqu’ici réservé à l’iPad Pro. Le stylet est un des plus efficaces sur le marché, avec un excellent degré de précision qui permet d’écrire ou de dessiner sur l’iPad exactement comme sur une feuille de papier.

Le stylet est un ajout important pour les écoles, surtout celles qui souhaitent maximiser l’utilisation de l’iPad (pour prendre des notes, par exemple). Cet accessoire risque d’être cher pour les commissions scolaires, mais un stylet de Logitech, plus abordable, sera bientôt lancé pour résoudre ce problème.

Malgré les caractéristiques inférieures de l’iPad, ses composantes sont aussi suffisantes pour les logiciels les plus lourds, comme ceux de réalité augmentée. Certaines applications mobiles ont d’ailleurs été conçues pour montrer les possibilités de ces technologies dans les classes, comme Froggipedia. Le logiciel permet de voir une grenouille vivante et ses systèmes inté­rieurs comme si elle était réellement placée sur notre bureau, et un autre outil permet de simuler sa dissection à l’aide de l’Apple Pencil.

L’expérience est moins marquante que la vraie pour les jeunes, mais les grenouilles l’apprécieront certainement.

Notons qu’une caractéristique qui aurait pu être intéressante pour les écoles manque toutefois à l’appel : le nouvel iPad n’est pas compatible avec le clavier Smart Keyboard d’Apple. Il est possible d’utiliser un clavier Bluetooth, mais ceux-ci ne sont pas aussi efficaces. C’est dommage, surtout si on considère l’arrivée imminente des tablettes deux-en-un Chrome OS.

Notons que l’iPad de sixième génération est évidemment aussi conçu pour la maison, où l’appareil est une machine bien rodée, avec une boutique d’applications complète, une conception de qualité, un lecteur d’empreintes digitales efficace et une bonne autonomie.

Un iPad pour la masse

L’iPad est en fait dans une rare position de domination. Il existe de nombreuses petites tablettes Android d’entrée de gamme, mais pour les appareils d’une meilleure qualité, Apple semble seul au monde.

À moins de vouloir utiliser sa tablette comme un ordinateur – un usage pour lequel l’iPad Pro est mieux adapté –, aucun appareil ne rivalise actuellement avec le nouvel iPad. Ceux qui tiennent mordicus au système Android peuvent se tourner vers le Samsung Galaxy Tab S3, mais à 799 $, son intérêt est plus limité. Même Google semble avoir jeté l’éponge sur Android pour tablettes, avec l’abandon récent du Pixel C. Les 2-en-1 Windows obtiennent évidemment un certain succès, mais ceux-ci sont plus près des ordinateurs que des tablettes.

Du côté d’Apple, notons que l’iPad mini 4 est toujours offert. Avec des caractéristiques inférieures et un prix de 529 $, il est toutefois surtout en vente pour répondre aux besoins des entreprises qui ont déjà adopté la petite tablette. Le grand public devrait l’éviter.

Le principal concurrent de l’iPad n’est au fond pas une autre tablette, mais plutôt les téléphones intelligents, dont la grande taille convient à de plus en plus d’utilisateurs, même pour la lecture, le contenu vidéo et les jeux. En 2018, la question n’est donc plus de savoir quelle tablette choisir, mais plutôt de déterminer si on en veut une ou non.

Aussi dans Techno :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!