logo_guide-auto Évidemment, lorsqu’il est question d’apporter des améliorations à un modèle populaire, tout constructeur se doit d’être prudent.

Chez Audi, le Q5 est le véhicule le plus vendu au Canada et aux États-Unis; alors pas question de gâcher cette recette gagnante. De plus, le VUS compact sera maintenant assemblé au Mexique, et non en Allemagne.

Son style ne change pas vraiment, au point où on se demande si un design un peu plus audacieux n’aurait pas été préférable. La partie avant rappelle celle du Q7, mais de l’arrière ou de profil, le nouveau Q5 sera difficile à distinguer de l’édition actuelle.

Sous le capot, le Q5 proposera toujours un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres. Par contre, cette nouvelle version est plus puissante, avec ses 252 chevaux et son couple de 273 lb-pi, et se trouve jumelée à une boîte automatique à sept rapports avec double embrayage. Il est aussi associé à un nouveau rouage intégral appelé quattro ultra, qui découple le train arrière en conduite normale afin de réduire davantage la consommation.

C’est une motorisation efficace et énergique, mais qui ne se distingue pas par sa puissance. Ici, Audi mise surtout sur l’économie de carburant plutôt que sur les performances. Sinon, on peut toujours attendre le renouvellement de la version SQ5, dont la nouvelle génération disposerait encore de 
354 chevaux.

Pour l’instant, pas de version turbodiesel au Canada, bien qu’il soit prévu que d’autres marchés aient droit à un 2.0 TDI de 190 chevaux ou à un six cylindres 3.0 TDI de 286 chevaux. En revanche, une version hybride serait en préparation, et le marché canadien pourrait y avoir droit plus tard.

La suspension pneumatique (optionnelle) de l’Audi Q5 fait un boulot remarquable, et c’est l’un des éléments les plus intéressants de la nouvelle génération. Malheureusement, elle ne sera pas offerte chez nous. En fait, nous l’aurons peut-être dans la prochaine SQ5. Dommage. Pour le moment, on ne peut se prononcer franchement sur le comportement routier de la version canadienne, qui disposera tout de même d’amortisseurs adaptatifs en option.

Dans l’habitacle, les améliorations par rapport à l’ancien Q5 ne sont pas extraordinaires, car ce dernier était déjà un produit très raffiné, malgré son âge. Quand même, on note une finition, une insonorisation et un confort légèrement supérieurs. Le Q5 fait notamment le plein de nouvelles technologies, d’options de connectivité et de systèmes de sécurité avancés. Cela inclut l’instrumentation Audi virtual cockpit et son écran numérique configurable de 12,3 po.

Si, dans l’ensemble, la nouvelle génération du Q5 ne semble pas tellement différente de la précédente, c’est dans les petits détails qu’on apprécie le travail accompli par Audi. Ce VUS de luxe sera en vente au printemps 2017, et son prix de base devrait être d’environ 45 000$.

Fiche d’appréciation

  • Consommation : 3,5/5 – 
Une consommation d’environ 8,5 l/100 km lors de notre essai, c’est très bien.
  • Conduite : 4/5
 – Une belle dynamique
de conduite.
  • Performances : 3/5 – 
Puissance suffisante pour les trajets quotidiens, mais le Q5 n’est pas un bolide.
  • Multimédia : 3,5/5
 – Une interface moderne
 et raffinée, mais dont les commandes sont gênées par le levier de vitesses.
  • Confort : 4/5 – 
Sièges fermes, mais
 confortables, et bon
 espace à l’arrière.
  • Note générale : 4/5
 – L’actuel Q5 était difficile à améliorer, mais Audi y est parvenu.

Aussi dans Automobile :

blog comments powered by Disqus