Le parc automobile canadien est en train de se métamorphoser, comme des plaques tectoniques qui s’entrecho­quent, soutient l’analyste Dennis DesRosiers. Les perdants? Les voitures les plus récentes…

Le gourou de la statistique automobile qui étudie le mar­ché canadien depuis plus de deux décennies note que la proportion des véhicules neufs est en perte de vitesse par rapport à celle des véhicules usagés.

De fait, les véhicules âgés de moins de cinq ans ne représentent plus que 32,6 % des 20 millions de véhicules immatriculés au Canada –cette proportion était de 36 % il y a tout juste cinq ans.

«Même en tenant compte des ventes réduites lors des dernières années de récession économique, on remarque que les véhicules les plus récents ne suivent pas le rythme de croissance», affirme M. DesRosiers.

À l’opposé, les véhicules âgés de 6 à 10 ans occupent maintenant une proportion de 32,5 %, eux qui n’en occupaient que 30 % il y a cinq ans. Du coup, cette cohorte se retrouve côte à côte avec celle des véhicules plus récents. Elle a directement repris les points perdus par cette dernière ces cinq dernières années.

Précision sur le branchement électrique à la maison
Lundi dernier, nous parlions du branchement automobile électrique à la maison. Nous aurions dû en profiter pour rappeler le programme gouvernemental québécois Roulez électrique, qui accorde aux propriétaires de véhicules électriques un remboursement (jusqu’à 1 000 $) pour l’acquisition et l’installation d’une borne de recharge résidentielle.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!