Marc Bouchard Est-ce que la Kia K900 vaut le coup? Sans aucun doute…

Auto GoLes vacances et la période de relâche sont les meilleurs moments pour tenter de trouver un peu de chaleur.

L’hiver a été pénible, et d’un froid glacial. Il n’en fallait pas plus pour que nous décidions d’organiser un essai routier unique sous le chaud soleil de la Floride. Après tout, la grande berline de luxe Kia K900 mérite bien un traitement de faveur.

Car en plus de sa silhouette unique et moderne (mais je ne suis pas objectif, j’aime le coup de crayon du designer Peter Schreyer), la K900 est une véritable limousine. Spacieuse et d’une qualité de finition irréprochable, elle offre un habitacle digne des grandes berlines de luxe, qu’elle affronte sans gêne.

Même le coffre arrière est spacieux. Ce qui, quand on voyage en famille avec Chérie, est une obligation – partir pour une semaine complète avec une température incertaine exige de sa part un inventaire complet de sa garde-robe… qu’elle trimballe pour ne prendre aucun risque, malgré une difficile sélection parmi ses vêtements. Sa grosse valise et nos deux petites dans le coffre, nous voilà en route pour Universal Studios.

Car c’est à l’intérieur de ce parc que nous séjournerons durant quelques jours et que nous aurons pour centre opérationnel le Cabana Bay Beach Resort, un hôtel évoquant les années 1950 qui nous a littéralement fait craquer.

Dehors, juste devant la porte de notre édifice, le Continental (comme à l’époque des vieux motels, même si celui-ci a sept étages), je peux stationner ma Kia. Il faut bien admettre que la petitesse des espaces exige un peu de contrôle, mais la présence d’un système de caméra 360 degrés vient faciliter la tâche.

La K900 a aussi révélé quelques défauts de la technologie. Lors d’une séance de magasinage intensif, nous avons choisi de laisser l’auto à un service de valet. Malheureusement, à la fin de la journée, les valets avaient égaré notre porte-clé de clé intelligente. La clé métallique restante permettait uniquement de déverrouiller la portière, elle ne pouvait démarrer le moteur. Il a donc fallu un taxi pour nous ramener à l’hôtel et quelques heures de patience pour récupérer notre voiture.

Heureusement, elle nous est revenue sans problèmes, et elle nous a permis de franchir les kilomètres d’autoroute nous séparant de Daytona (il fallait quand même que je visite la piste de course sur place) et Jacksonville, beaucoup plus au nord, pour que Fiston y rencontre des amis rencontrés virtuellement.

La bonne nouvelle, c’est que le V8 de 420 chevaux s’est montré nerveux et souple, et pas trop gourmand sur l’autoroute. Il était évidemment plus assoiffé sur la route, mais sans excès, ce qui nous a permis de maintenir une consommation moyenne de 12 L aux 100 km. Seule la direction se montre parfois un peu légère et sans grandes sensations.

Après une semaine à son volant, puis-je dire que la Kia K900 vaut le coup? Sans aucun doute… La seule réticence en fait est son écusson : rares sont les clients disposés à payer plus de 60 000 $ pour une voiture coréenne. Ce qui les prive certainement d’un grand plaisir!

Aussi dans Automobile :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!