Marcelo Rivolta Marcelo Rivolta / The Associated Press

TORONTO – Des chercheurs sont parvenus à rétablir les capacités auditives de gerbilles souffrant de surdité en leur implantant des cellules souches humaines, parvenant à franchir ce qu’ils ont qualifié d’une première étape dans la bataille contre certaines causes de la surdité.

Bien que davantage de recherche soit nécessaire pour s’assurer que le processus est sécuritaire pour les humains, le chercheur principal Marcelo Rivolta de l’université de Sheffield, en Angleterre, affirme que cette étude a permis de prouver que les cellules souches peuvent bel et bien permettre la regénération des cellules nerveuses qui permettent l’audition.

M. Rivolta rappelle que la recherche est encore à ses débuts, mais qu’elle constitue tout de même un «pas important», car elle confirme qu’il est possible d’utiliser des cellules souches humaines dérivées d’autres cellules souches humaines, au stade embryonnaire celles-là, afin de réparer l’oreille.

Les chercheurs ont expliqué leur étude dans un article du journal «Nature» paru mercredi. Ils ont d’abord utilisé un produit chimique permettant de détruire le mécanisme interne de l’oreille et de rendre les gerbilles sourdes.

Les capacités auditives des gerbilles, ces rongeurs dont la taille varie de 15 à 30 centimètres et dont la durée de vie varie entre trois et quatre ans, sont semblables à celles des humains, contrairement à l’ouïe des souris ou des rats. L’équipe de M. Rivola a manipulé des cellules souches humaines au stade embryonnaire — qui viennent d’une lignée cellulaire ayant été approuvée pour la recherche—, et ont créé des cellules «génératrices otiques».

Les cellules souches embryonnaires forment presque tous les tissus du corps humain, des organes aux neurones, en passant par la peau. Les cellules génératrices peuvent quant à elles se développer afin de devenir des cellules spécifiques, dans ce cas-ci des cellules avec des propriétés semblables à celles des cellules ciliées ou des neurones auditifs, toutes deux cruciales pour l’audition.

Les cellules ciliées, situées dans la cavité spiralée de l’oreille qu’est la cochlée, amplifient et transforment les vibrations sonores en signaux électriques, qui sont ensuite transmis au tronc cérébral par le nerf vestibulocochléaire.

Tandis que les chercheurs ont réussi à procéder à l’implantation chirurgicale des générateurs otiques pour réparer le nerf vestibulocochléaire des gerbilles, les cellules ciliées représentent un défi plus important.

«Nous n’avons pas de technique chirurgicale très sophistiquée pour amener ces cellules à un endroit précis», explique-t-il.

Les dommages causés aux cellules ciliées par des maladies génétiques, une exposition prolongée à des sons élevés en décibels ou des infections comme la méningite bactérienne, notamment, peuvent mener à la perte partielle ou totale de l’ouïe.

Aussi dans Santé:

blog comments powered by Disqus