Ni bisexuelles ni lesbiennes, les flexisexuelles sont de jeunes femmes généralement âgées de 18 à 35 ans qui prennent plaisir à embrasser d’autres femmes, mais se disent sexuellement attirées par les hommes. Je ne peux m’empêcher de me demander si ce ne serait pas là une façon d’utiliser l’homosexualité dans le but de vivre son hétérosexualité à fond…

L’influence hollywoodienne compte pour beaucoup dans ce phénomène, mais le monde de la porno y a aussi grandement contribué. Comme la pornographie est omniprésente et sert souvent de référence en matière de sexualité, les baisers langoureux entre femmes pourraient s’expliquer par le désir de reproduire un comportement observé. Le modèle est exploité au maximum dans cette industrie.

En effet, les scènes de lesbianisme font systématiquement partie des numéros essentiels à un film pornographique hétérosexuel «réussi». Pourquoi donc? Parce que deux filles qui s’embrasent à pleine bouche, ça fait frétiller les hommes et ça vend!

Que ce soit dans les bars ou au cours de soirées bien arrosées chez des amis, le «bécotage» au féminin serait devenu une véritable technique de drague. Cela constituerait même un moyen pour les jeunes femmes de tester leur pouvoir de séduction auprès des hommes.

Même si pour certaines ce comportement sexuel est un excellent moyen de se faire remarquer ou de rivaliser avec les autres dames, il envoie souvent l’image d’une femme avide d’attention et soumise aux désirs de l’homme. En fait, ce qui peut inquiéter chez les flexisexuelles, c’est le fort risque qu’elles deviennent accros  aux regards qu’elles suscitent.

Il importe toutefois de spécifier que plusieurs adoptent cette pratique pour explorer leur sexualité ou pour réaliser un fantasme. Cependant, lorsque le désir de plaire l’emporte sur l’érotisme, n’est-il pas réaliste de dire qu’il y a banalisation de ce moment privilégié avec l’autre?  Une fois de plus, on fait reculer la limite du privé et on expose une sexualité dépourvue d’intimité.

Dans le but d’éviter d’en venir à se conformer à un modèle de séduction axé sur la provocation et la performance sexuelle, il importe de rester authentique et de trouver son propre style. Jocelyne Robert, sexologue et écrivaine, l’a bien dit : le baiser est «un acte fondamentalement relationnel et intime». Chérissez-le!

Aussi dans Plus :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!