Capture d’écran Facebook Un article publié cette semaine par Métro tentait de sensibiliser le lecteur à l’importance de bien lire un article avant de le partager sur les réseaux sociaux.

Plusieurs activistes sur l’internet ont déclaré le 28 février Journée mondiale sans Facebook. Cet événement, qui n’a pas de but clairement annoncé, mais qui semble vouloir forcer les usagers de ce site à prendre conscience de leur deuxième vie sur leur profil Facebook, existe depuis au moins 2011. Métro en a profité cette année pour mener deux petites expériences (non scientifiques) afin de mettre en lumière l’importance de ce réseau social dans la vie de toutes sortes de gens.
Lisez l’expérience #1 ici.

Expérience #2. Mesurer la propagation d’une fausse information

Métro a décidé de mesurer le nombre de partages que pourrait susciter une fausse information publiée sur sa page Facebook.

Un article, clairement identifié comme un billet de blogue et intitulé «Une étude démontre que boire 4 verres de vin par jour aide à maigrir», a été publié le 24 février à 15h. À noter qu’aucune promotion n’a été faite à part la publication de l’article sur la page Facebook du journal, qui a 70 529 abonnés.

Lorsqu’il consultait l’article, le lecteur pouvait voir un encadré mis en évidence qui l’informait que «le titre de cet article est, bien sûr, totalement faux. Inventé de toutes pièces. L’idée elle-même est complètement farfelue.»

On expliquait alors qu’on tentait de voir combien de gens partageraient l’article sans même le lire. L’article avait pour but de sensibiliser le lecteur à l’importance de bien lire un article avant de le partager sur les réseaux sociaux.

Résultat: 298 partages, 653 «j’aime» et 721 commentaires après 48 heures. Il est impossible de déterminer combien de lecteurs ont partagé l’article sans connaître le stratagème, mais la vaste majorité des commentaires publiés sur la page Facebook de Métro semblaient provenir de gens qui prenaient le titre pour une réalité.

«Je ne suis pas surpris de voir que les gens rebondissent là-dessus.» – Bruno Guglielminetti, spécialiste des nouvelles technologies

Il n’y a rien là de sur­prenant, selon Bruno Guglielminetti, spécialiste des nouvelles technologies et DG numérique chez Juste pour rire. «Les gens sont victimes d’info-obésité et d’un peu de paresse intellectuelle. Il y a tellement d’information qui circule sur les réseaux sociaux que, à un moment donné, le citoyen regarde le grand titre et se fait une opinion sur le coup, sans nécessairement lire plus loin», illustre-t-il.

Si un comportement de ce genre n’est pas surprenant, reste qu’il contribue à la propagation d’informations plus ou moins fiables, selon M. Guglielminetti. «Des fois, le titre va être extrêmement affirmatif, mais l’article en tant que tel ne sera pas si clair que ça, dit-il. Combien de fois arrive-t-il que des études soient publiées et qu’on titre avec une des découvertes ou un des faits de l’étude qui n’est peut-être pas le plus important, mais qui est le plus surprenant ou le plus sexy?»

Statistiques
Quelques chiffres pour bien comprendre l’activité générée par cette fausse information sur Facebook en 48 heures:

  • 26 120 personnes ont vu l’article apparaître sur leur fil d’actualité
  • 7760 de celles-ci n’étaient pas abonnées à Métro sur Facebook
  • 1007 ont cliqué sur le lien à partir de Facebook
  • 6567 pages vues, dont 67,17% sont de nouveaux visiteurs
  • 1976 pages vues par des utilisateurs basés à Montréal

> À lire l’expérience Facebook #1

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!