Steeve Geer/iStockphoto.com Museum of Science and Industry

Chicago est un musée à ciel ouvert de l’architecture moderne. Le Grand Incendie de 1871 fut une incroyable catastrophe qui réduisit en cendres la ville entière. Mais, paradoxalement, du point de vue de l’histoire de l’architecture, ce désastre revêt des airs de bénédiction… C’est en effet au lendemain de ce drame que débute une reconstruction qui attire de grands architectes des quatre coins des États-Unis. Tout, ou presque, est alors permis : toutes les expérimentations, toutes les formes, toutes les audaces. Chicago donnera ainsi naissance à l’architecture moderne. Voici sept icônes architecturales de la Ville des vents.

Wrigley Building
Plusieurs considèrent l’élégant Wrigley Building comme le plus beau bâtiment de la ville. Cette tour de terre cuite blanche, élevée entre 1919 et 1924, emprunte quelques formes à la cathédrale de Séville. Le bâtiment principal est relié à une annexe, au nord, par un passage couvert cachant une jolie petite place aménagée en 1957 et agrémentée de plantes et d’une fontaine. Il ne faut pas manquer le spectacle féerique de cet édifice monumental lorsqu’il est éclairé en soirée. Simplement fabuleux!

Trump International Hotel and Tower
Tout juste derrière le Wrigley Building, on remarque tout d’abord la silhouette argentée du Trump International Hotel & Tower, inauguré en 2008. Le très médiatisé milliardaire américain Donald Trump a en effet érigé ici son premier gratte-ciel à Chicago. Réalisée par la mythique firme d’architectes Skidmore, Owings & Merrill, à laquelle on doit notamment les célèbres John Hancock Center et Willis Tower, cette tour de 92 étages abrite des unités d’habitation de grand luxe, un hôtel ainsi que des boutiques au rez-de-chaussée. Le résultat final est un gratte-ciel flamboyant, comme il était permis de s’y attendre, mais élégant, qui s’insère bien auprès de ses célèbres voisins et aux abords de la Chicago River. Avec ses 409 m, il s’agit du second édifice le plus haut de la ville, après la Willis Tower. Sa silhouette est composée de quelques retraits graduels, qui seraient autant de coups de chapeau aux bâtiments environnants.

Robie House

Cette demeure est considérée comme l’un des chefs-d’œuvre de Frank Lloyd Wright. Le grand architecte dessina les plans de cette résidence entre 1906 et 1909 pour le compte de Frederick C. Robie, un fabricant de vélos et de motocyclettes. Il s’agit là d’une Prairie House parfaite. On apprécie tout particulièrement la composition horizontale de l’ensemble, typique de la Prairie School, renforcée par l’utilisation de briques longues et minces. Le somptueux intérieur, éclairé au moyen de hautes fenêtres et d’élégantes lampes en forme de globes, compte peu de cloisons. Wright dessina aussi toutes les pièces du mobilier et en fit lui-même la décoration.

Museum of Science and Industry
Un des vestiges de la World’s Columbian Exposition de 1893 est l’ancien Palace of Fine Arts, devenu le Museum of Science and Industry, qui s’allonge avec élégance au bord du Columbian Basin, lui-même conçu après l’exposition en 1895. Charles B. Atwood, de la firme de Daniel H. Burnham, élabora les plans de ce monumental bâtiment. Avec son grand dôme et sa longue colonnade ionique comprenant 276 colonnes, l’ancien Palace of Fine Arts donne une bonne idée de ce à quoi ressemblait la White City néoclassique imaginée par Burnham pour l’exposition universelle.

Les tours jumelles de Marina City
Construits entre 1959 et 1967, ces «épis de maïs géants», comme se plaisent à les surnommer les Chicagoans, sont une réaction aux modèles froids et austères du style international à la Mies van der Rohe, qui dominait alors totalement l’architecture de cette époque. Le complexe est composé de 2 tours de 60 étages comprenant des appartements avec balcons semi-circulaires, ainsi que d’une petite tour de bureaux située à l’arrière. Les 18 étages inférieurs des 2 tours jumelles comptent pour leur part un stationnement intérieur. Le rez-de-chaussée du complexe abrite depuis quelques années restaurants et boîtes de nuit.

John G. Shedd Aquarium

Le John G. Shedd Aquarium, le plus grand du monde dit-on, est une des attractions les plus populaires de la ville. Plus de 8 000 animaux marins représentant 650 espèces résident ici. Superbement installé aux abords du lac Michigan, on remarque d’abord le grandiose édifice beaux-arts de forme octogonale, conçu en 1929 de façon à bien s’harmoniser avec le Field Museum. En 1991, un océanarium s’avançant dans le lac Michigan fut construit à l’arrière du bâtiment. Grâce à une faible élévation, cet ajout s’insère dans l’ensemble sans le déparer. Encore une fois, la réussite est totale.

Chicago Cultural Center
Construit en 1897 pour accueillir la Chicago Public Library, l’édifice néoclassique qui abrite le Chicago Cultural Center s’inscrit dans la foulée de la World’s Columbian Exposition de 1893, qui est à l’origine d’une série impressionnante d’institutions culturelles à Chicago. L’intérieur est à ne pas manquer, avec son monumental escalier de marbre et sa majestueuse décoration composée, entre autres, d’éléments de bronze et d’une grande coupole recouverte de beaux vitraux. Une grande variété d’activités gratuites y est proposée : concerts, films, conférences, spectacles de danse, etc. On y trouve aussi le Chicago Office of Tourism Visitor Information Center.

Guide Ulysse Escale à Chicago

Aussi dans Vacances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!