ST-CÔME, Qc — Alors qu’ils nous ont habitués à des performances exceptionnelles semaine après semaine, les bosseurs de l’équipe canadienne de ski acrobatique connaissent un début de saison en-deçà des attentes au circuit de la Coupe du monde.

En deux étapes jusqu’ici, ils n’ont récolté qu’un podium: la victoire de Mikaël Kingsbury à Ruka, en Finlande. Fait encore plus rare: les Canadiens ont été exclus du podium la semaine dernière à Lake Placid, du jamais vu en sept ans!

«C’est certain que ce n’est pas le début de saison que nous avions planifié, mais si on fait abstraction des résultats, l’équipe skie bien, a analysé le directeur haute performance de Ski acro Canada, Marc-André Moreau, rencontré à la veille de l’étape de Val St-Côme.

«Nous allons dans la bonne direction, a-t-il ajouté. C’est certain que je veux tirer du positif de ce début de saison, apporter les ajustements nécessaires. Nous avons recueilli les informations, nous les avons analysées. Nous sommes à apporter les modifications et je pense que tout va rentrer dans l’ordre.»

Sans chercher d’excuses, les bosseurs rencontrés vendredi ont raconté à quel point la piste de Whiteface était difficile.

«C’était déstabilisant tellement c’était difficile, a raconté Audrey Robichaud, 14e la semaine dernière. Nous sommes arrivées en finale (…) et la piste ne ressemblait en rien à celle que nous avions empruntée le matin. J’ai eu de la difficulté à m’adapter.»

«Il avait plu la veille et toute cette pluie avait gelé dans la nuit, a pour sa part expliqué Philippe Marquis, qui a pris le septième rang. Puis, le parcours se retrouve complètement à l’ombre en après-midi, alors c’est très difficile pour la visibilité. (…) C’était vraiment une place pour se ‘casser la gueule’, pour raccourcir sa saison. Nous sommes sortis de là en santé, en plus de connaître de bonnes descentes, alors c’est plutôt positif malgré tout.»

Plateau plus relevé

Moreau et les skieurs rencontrés croient également que tous les succès qu’a connus le Canada au cours des dernières années a incité les autres nations à investir davantage en ski acrobatique, avec pour résultats que le plateau est maintenant beaucoup plus relevé.

«Ça fait sept ans que nous dominons sur la scène internationale. À un moment donné c’est le retour du balancier, a dit Moreau. Ce que je sens, c’est qu’il y a des skieurs qui n’ont pas atteint leur plein potentiel. Nous travaillons aussi des petites choses pour 2018 (et les Jeux olympiques). Il y a des petites choses qui ne paient pas encore, mais nous savons qu’elles paieront l’an prochain. Ça fait beaucoup de choses à travailler en même temps, alors on sait que parfois, on va en perdre un peu.»

«Les autres années, même en faisant des erreurs, on pouvait gagner. Maintenant, le plateau est tellement fort qu’on ne peut plus se permettre cela, a quant à elle avancé Alex-Anne Gagnon, 15e à Lake Placid. Il faut être constant sur chacune des courses.»

Gagnon estime toutefois que cette performance a fouetté les troupes et que le public qui se rendra à Val St-Côme samedi pourrait assister à une grande performance.

«Nous ne pouvons pas toujours gagné, mais nous avons tellement mis la barre haute. J’ai confiance que nous allons rebondir. Je pense même qu’on pourrait voir un triplé comme l’an dernier (NDLR: alors que Justine, Chloé et Maxime Dufour-Lapointe avaient balayé le podium). Ça nous a motivés. Nous avons mis les bouchées doubles à l’entraînement.»

L’an dernier, en plus du triplé féminin, Kingsbury avait remporté l’épreuve masculine, tandis que Laurent Dumais avait devancé Marquis pour grimper sur la troisième marche du podium. L’équipe canadienne tentera de répéter cet exploit à compter de 9h40 samedi, alors que les femmes lanceront les qualifications. Les demi-finales auront lieu à compter de 13h30.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!