Phil Long Phil Long / The Associated Press

NEW YORK — Après une défaite crève-coeur, le gérant des Yankees de New York, Joe Girardi, a passé la nuit à songer à sa décision de ne pas contester un appel de frappeur atteint en sixième manche qui a joué un rôle crucial dans la rencontre.

«J’ai fait une erreur», a déclaré Girardi, qui a accepté le blâme pour la défaite de 9-8 en 13 manches des Yankees aux mains des Indians de Cleveland lors du deuxième match de leur série de sections.

«Je dois en prendre l’entière responsabilité, a dit Girardi samedi, lors d’une journée de congé. Et je me sens très mal.»

Les Yankees accusent un retard de 2-0 dans la série au meilleur de cinq rencontres. Le match no 4 sera présenté dimanche au Yankee Stadium.

Alors que les Yankees menaient 8-3 vendredi, l’arbitre derrière le marbre Dan Iassogna a déclaré que Lonnie Chisenhall, des Indians, avait été atteint par un tir du releveur Chad Green.

Le receveur Gary Sanchez a immédiatement demandé à Girardi de contester la décision et les reprises ont démontré que la balle avait atteint le bout du bâton de Chisenhall, et non sa main.

Les arbitres se fient habituellement au son sur ce genre de situation, alors qu’il est impossible pour l’oeil de voir la différence.

Sanchez a attrapé le tir avec un compte de 0-2, ce qui signifie que la manche aurait pris fin avec un retrait sur des prises.

Girardi se fie à l’adjoint Brett Weber pour choisir s’il doit contester ou non une décision. Weber n’a rien vu de concluant pendant la fenêtre de 30 secondes accordée par le Baseball majeur pour demander une révision vidéo. Girardi n’a donc pas demandé une révision.

Weber et les Yankees n’ont pu observer la reprise au ralenti avant que Francisco Lindor soit au bâton. Lindor a cogné un grand chelem contre Green, réduisant l’écart à 8-7 et amorçant la spectaculaire remontée des Indians.

«Oui, je regrette ne pas avoir contesté la décision, a dit Girardi avec le recul. Il est rare que je gaspille une de mes deux contestations quand nous n’avons rien vu de concluant. C’est comme ça que nous travaillons. Peut-être que c’était une erreur.»

Du côté des Indians, les questions tournaient autour de l’état de santé du frappeur de puissance Edwin Encarnacion. Ce dernier espère rejouer au cours des séries éliminatoires même s’il a endommagé un ligament de sa cheville droite vendredi.

Le gérant des Indians, Terry Francona, a mentionné qu’Encarnacion n’allait probablement pas être de la formation partante lors du troisième match. Il pourrait toutefois être employé comme frappeur suppléant, même s’il portait une botte protectrice et marchait avec des béquilles samedi.

Les Indians avaient d’abord craint le pire.

«Il se sent beaucoup mieux aujourd’hui», a noté Francona.

Michael Brantley devrait être le frappeur de choix des Indians à la place d’Encarnacion, dimanche. Brantley avait raté la marche des Indians jusqu’en Série mondiale en 2016 et a raté 50 matchs en fin de campagne 2017 en raison d’une blessure à la cheville. Il allait peut-être jouer au champ gauche lors du troisième match si Encarnacion était demeuré en santé.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!