Heureusement pour le touriste, la plupart des rats sont rassemblés autour des coupoles métalliques où ils dégustent du lait et des grains sucrés.

En visitant le temple Karni Mata à Deshnoke, au Rajasthan, ne soyez pas surpris si vous apercevez un rat, puis une dizaine ou même une centaine, libres de déambuler comme bon leur semble. Ici, ces rongeurs sont loin d’être vus comme des pestiférés. Au contraire, on les considère comme des réincarnations d’âmes humaines. Il existe plusieurs légendes autour de ce temple.

Selon une des versions, au XVe siècle, la sainte Karni Mata aurait ramené à la vie un enfant enlevé par Yama, le dieu de la mort. Et afin de s’assurer que tous les membres de sa caste, les Charans (bardes), évitent de tomber entre les mains de Yama, Karni Mata aurait décidé qu’ils se réincarneraient en rats avant de redevenir des hommes.

Les Indiens viennent donc y prier cette sainte et présenter des offrandes aux quelques milliers de poètes-rongeurs présents. Les Occidentaux sont les bienvenus, à condition qu’ils laissent leurs chaussures à l’entrée : comme tout temple indien, celui-ci se visite pieds nus. Dans ces conditions, autant dire que la visite constitue une expérience pour le moins physique. CÅ“urs sensibles s’abstenir.

Même si vous ressentez un vif dégoût à la vue de cette «rataille» (et de l’odeur qui règne dans le lieu saint), par respect pour les pèlerins, il importe de rester impassible, et ce, même devant certains dévots assis au sol qui partagent leur repas avec une masse grouillante de rongeurs se disputant leur pitance à même l’assiette.

À l’intérieur du temple construit en pierre et en marbre, vous pourrez admirer les nombreux autels, ainsi que l’imposante porte en argent massif. Si vous levez les yeux, vous pourrez également contempler les sculptures de Karni Mata qui ont été rajoutées au XIXe siècle par le Maharaja Ganga Singh.

Cela dit, regardez bien où vous mettez les pieds, question d’éviter la ratatouille. En effet, si vous écrasez un de ces kabas (rongeurs sacrés), outre le fait que ce soit répugnant, cela représente un mauvais présage. Une autre raison d’ouvrir l’Å“il est que, si vous apercevez un rat blanc ou si l’un d’eux s’aventure sur vos pieds nus, il s’agit d’une bénédiction. La question qui s’impose, c’est souhaitez-vous être béni? Et n’oubliez pas, une fois la visite terminée, de vous laver les pieds…

La cour des miracles
Selon les prêtres plusieurs miracles prouveraient que le temple est sacré. Premièrement, l’endroit a été épargné par l’épidémie de peste qui a frappé l’Inde en 1927. Deuxièmement, la population de rats n’a jamais augmenté en 500 ans, et troisiè­mement, personne n’a été malade après avoir partagé sa nourriture avec les bestioles sacrées.

Aussi dans :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!