Le plomb reste la principale source d’inquiétude pour la qualité de l’eau potable des Montréalais. C’est ce qui ressort du Bilan annuel 2017 de la qualité de l’eau potable des 16 réseaux de distribution de l’île de Montréal.

Si les 18 859 échantillons prélevés en 2017 n’ont rien révélé d’anormal, ni du côté des analyses bactériologiques, ni des analyses en chimie organique, il en va différemment pour les analyses en chimie inorganique.

En effet, 23 des 90 échantillons prélevés recensaient des teneurs en plomb supérieures à la norme de dix microgrammes par litre. Les taux dépassaient même de trois fois la norme dans les maisons des rues Ballantyne sud, dans Montréal Ouest, et Rolland, dans Verdun, qui ont été échantillonnées.

«Ces dépassements de la teneur en plomb sont le résultat d’une campagne exhaustive d’échantillonnage du plomb dans les secteurs potentiellement problématiques construits avant 1970 et ayant une entrée de service en plomb. La Ville de Montréal poursuit son plan d’action pour éliminer les entrées de service en plomb, côté public, d’ici 2027. De plus, un dépliant sur le plomb a été distribué aux propriétaires des résidences potentiellement touchées», indique un document de la Ville remis aux élus.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!