La Confédération des syndicats nationaux (CSN) appelle le détaillant Couche-Tard à mettre fin aux délais dans la cause qui l’oppose à 24 employés mis à pied lors de la fermeture de deux de ses succursales montréalaises.

La CSN déplore les tentatives de la chaîne d’alimentation d’empêcher les avocats des employés d’avoir accès au plan d’affaires 2011-2012 de l’entreprise, tel qu’autorisé en novembre par la Commission des relations du travail (CRT).

«Les salariés attendent depuis un an et demi qu’on plaide leur cause sur le fond. Couche-Tard craint-elle que les avocats découvrent […] que, finalement, c’est bel et bien après leur syndicalisation qu’on a choisi de fermer ces dépanneurs?», s’est interrogé le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, dans un communiqué.

À la suite de la fermeture en 2011 de deux dépanneurs Couche-Tard montréalais (à l’angle des rues Beaubien et Saint-Denis ainsi qu’au coin des rues Jean-Talon et Iberville), les 24 employés réclament plus de 2 M$ en dommages moraux et exemplaires à l’entreprise.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!