Même si Aéroports de Montréal (ADM) réussit à trouver rapidement le
financement nécessaire pour réaliser son projet d’aérotrain, celui-ci
n’entrera pas en gare à temps pour le début travaux de construction du
nouvel échangeur Turcot. 

«Peu importe ce que l’on fait, la période de construction sera de 36 mois. Le plus vite possible, c’est 2016», a indiqué le président-directeur général d’ADM, James Cherry, à l’occasion du Forum stratégique sur les grands projets d’infrastructure de transport à Montréal organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

La reconstruction du nouvel échangeur Turcot doit commencer en 2012 et elle se terminera vers 2018.

«[La congestion automobile] est un irritant aujourd’hui pour nos passagers et ce sera encore pire, a ajouté M. Cherry, qui est impatient de connaître les mesures de mitigation qui seront mises en place par la Société de transport de Montréal, l’Agence métropolitaine de transport et le ministère des Transports.

Le projet d’aérotrain d’ADM, qui doit assurer un lien direct entre l’aéroport Montréal-Trudeau et la gare centrale, coûtera environ 600M$. Le gouvernement du Québec s’est déjà engagé à fournir 200M$. ADM a présenté une demande de financement de 200M$ auprès PPP Canada. La société d’État devrait donner une réponse au mois de septembre. Un partenaire privé sera également recherché par ADM pour compléter le financement. «Nous avons sondé l’intérêt des entreprises privées et la réponse est très positive», a dit James Cherry.

Si ADM obtient rapidement des engagements financiers de la part du gouvernement fédéral et de l’entreprise privée, les travaux pour mettre en rail l’aérotrain pourraient commencer en 2013.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus