Jacques Boissinot / La Presse Canadienne Yves Bolduc

MONTRÉAL – Des médecins et des employés de l’Hôpital de Lachine, dans l’ouest de Montréal, signalent au ministre de la Santé, Yves Bolduc, que leur établissement souffre de nombreuses carences dans plusieurs départements.

Une entente signée en novembre 2008 entre le gouvernement du Québec et le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) promettait des engagements de 60 millions $ pour le réaménagement et le renouvellement des structures de l’hôpital.

Or, dans une lettre envoyée au ministre Bolduc, les signataires affirment que l’hôpital a plutôt coupé dans son budget administratif ce qui cause des délais dans la transcription de rapports médicaux et l’abolition de certains postes d’infirmières.

De plus, le nombre de salles d’examens pour les patients est limité. L’attente pour subir une coloscopie dépasse deux ans, malgré la présence d’un appareil à la fine pointe de la technologie, qui reste inutilisé.

Les urgences débordent parce qu’il manque des lits aux étages. La promesse d’un programme de gériatrie active se fait attendre et les lits supplémentaires en soins palliatifs n’ont pas été implantés.

Au surplus, les signataires écrivent que le projet de formation de médecins de famille, tel que proposée par l’ancien ministre de la santé, Philippe Couillard, n’est pas encore en place et qu’il manque de médecins de famille dans la communauté.

Des médecins de l’hôpital de Lachine doivent faire le point sur leurs intentions, ce jeudi, en conférence de presse.

-

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus