Archives Métro Le maire de Montréal, Denis Coderre

Les policiers seront plus visibles mardi à l’aéroport de Montréal et dans les stations de métro de la métropole, en réaction aux attentats terroristes à Bruxelles, en Europe.

Mais il s’agit d’un «protocole», assure le maire de Montréal, Denis Coderre. «À chaque fois qu’il y a un événement comme celui-là, on a besoin aussi d’assurer une présence [policière], parce que cette présence va amener une certaine quiétude [dans la population]. Ça peut aussi empêcher des gens d’avoir des idées», a indiqué le maire.

Il tient toutefois à «rassurer la population» et à préciser que le niveau de vigilance et la sécurité à Montréal n’ont pas été augmentés à la suite des attentats de Bruxelles, mardi matin. «[Le niveau de sécurité] est au niveau approprié depuis les événements de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa [en octobre 2014], a précisé le maire. S’il y avait eu des choses inquiétantes, on se serait rencontrés [l’administration et les services de police].»

L’administration Coderre a été questionnée sur le sujet mardi matin au conseil municipal. Anie Samson, responsable de la sécurité publique au comité exécutif, a fait valoir qu’il y avait déjà un «échange d’information» entre le Service de police de la Ville de Montréal, la Gendarmerie royale du Canada et la Sûreté du Québec. «On a appris de ce qu’il se passe à travers le monde et des fusillades à Polytechnique et à Dawson, a indiqué Anie Samson. Les événements de Bruxelles nous permettent de reconfirmer nos façons de faire, de se requestionner, se repositionner.»

«Choqués»
«Évidemment on est choqués par ces événements [à Bruxelles], a affirmé le maire mardi matin aux journalistes. La première chose qu’on doit dire, c’est qu’on ne cède pas à l’intimidation. Il ne faut pas mettre un genou par terre. Il faut protéger nos valeurs, faire preuve de vigilance et se serrer les coudes.»

Une minute de silence a été faite mardi matin à l’ouverture de la deuxième journée du conseil municipal en mémoire des victimes. Le drapeau de Montréal a également été mis en berne à l’hôtel de ville et le drapeau de la Belgique a été hissé sur la façade de l’hôtel de ville.

Le maire a tenu à rappeler, dans ce contexte, l’importance du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, à Montréal qui permet de «protéger les gens contre eux-mêmes et créer une quiétude dans l’entourage», dit-il.

«Il y a le phénomène de loup solitaire. Il y a de plus en plus de jeunes, soit par l’entremise d’internet, et puis il y a des cas de santé mentale également. Ces gens, sous l’impulsion vont poser des gestes, ils entérinent une cause, et commettent l’impensable», déplore le maire.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!