Archives TC La prison de Guayaquil, où était détenu le jeune Québécois.

Incarcéré depuis 2011 à la prison de Guayaquil, en Équateur, le Granbyen Éric Ferland a été libéré au cours des dernières semaines. Il a bénéficié d’une remise de peine après avoir purgé la moitié de sa sentence de huit ans prononcée en juin 2012.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’avait pas été possible de joindre l’homme aujourd’hui âgé de 30 ans. Sa mère, Jeanne-Mance Champagne, a confirmé que son fils avait été libéré.

Elle dit avoir eu régulièrement de ses nouvelles et qu’il se porterait bien. Madame Champagne a indiqué qu’elle était heureuse qu’Éric soit libéré, mais n’a pas voulu commenter davantage la situation.

Malgré sa libération, Éric Ferland n’aurait pas l’intention de revenir au Canada selon nos informations. «Il est resté en Équateur et il pense se marier ici», nous a révélé Pablo Brborich, un correspondant de l’organisme Cœur à l’écoute qui était venu en aide au détenu.

Une information corroborée par Mme Champagne qui a préféré ne pas en parler plus longuement.

Éric Ferland avait 25 ans lorsqu'il a été arrêté et incarcéré en Équateur en juillet 2011.

Rappel des faits
En juillet 2011, Granby Express révélait en exclusivité l’arrestation du Granbyen Éric Ferland en Équateur. Près d’un an plus tard, en juin 2012, le jeune homme a été condamné à huit ans de prison.

Il a été trouvé coupable d’avoir tenté de quitter le pays avec 2,6 kg de cocaïne dans sa valise. Il avait été intercepté à l’Aéroport international José Joaquìn de Olmedo au moment de prendre un vol de la compagnie KLM à destination de Bruxelles, avec une escale à Amsterdam.

Selon ce que nous avaient confié ses proches à l’époque, il aurait été en quelque sorte piégé. Son voyage lui aurait été payé par de mauvaises fréquentations qui lui auraient demandé en échange de récupérer un bagage sur place.

Éric Ferland avait été décrit comme un jeune homme fragile et facilement manipulable par sa mère. Celle-ci s’inquiétait d’ailleurs de son état de santé en prison puisqu’il avait été diagnostiqué avec un trouble bipolaire.

L’organisme Cœur à l’écoute avait offert du soutien à la famille et au détenu.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!