Greg McNeil/CAPE BRETON POST

Plusieurs étudiants des provinces de l’Atlantique n’ont pas eu de cours mercredi en raison de menaces visant leurs établissements scolaires.

Toutes les écoles publiques de l’Île-du-Prince-Édouard, tous les campus des collèges communautaires de Nouvelle-Écosse (NSCC), le Holland College, l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et l’Université du Cap-Breton ont reçu des ordres d’évacuation avant midi mercredi, alors que la police enquête sur des signalements de menaces à la bombe. D’autres alertes ont aussi été reçues dans une école de Mount Pearl, à Terre-Neuve-et-Labrador, ainsi qu’à Winnipeg.

En fin d’après-midi, le sergent Kevin Baillie de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) de l’Île-du-Prince-Édouard a toutefois indiqué que la menace n’était pas crédible, même si au départ elle avait été identifiée comme «menace potentielle».

M. Baillie, a ajouté que les menaces qui ont été faites aux établissements scolaires de Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador et de Winnipeg n’étaient pas mentionnées dans le fax envoyé par la centrale de la GRC à Ottawa, qui faisait état des menaces. Toutefois, tous les incidents sont considérés comme étant potentiellement reliés.

Parker Grimmer, qui est à la tête des écoles publiques de l’Île-du-Prince-Édouard, a affirmé que l’évacuation s’est déroulée très rapidement.

En Nouvelle-Écosse, la police régionale d’Halifax (HRP) a répondu à un appel vers 8h mercredi matin du campus du Nova Scotia Community College – Institute of Technology, dans le nord de la ville, «après que le campus ait reçu un message de menace d’une personne anonyme». En fin d’après-midi, la police a sécurisé les lieux, n’ayant rien trouvé de suspects.

Le campus Marconi du Nova Scotia Community College (NSCC), à Sydney, a été fermé, mais la police La police régionale du Cap-Breton enquête sur une possible menace à la bombe. L’Université du Cap-Breton a aussi été évacuée, par précaution.

La police régionale du Cap-Breton et les responsables du NSCC ont affirmé au Cape Breton Post que la menace avait été reçue vers 7h50 du matin et que, vers midi mercredi, aucune bombe n’avait été trouvée. Ils n’ont pas précisé si la menace avait été reçue par téléphone, par les médias sociaux ou par un autre moyen de communication.

Dans la vallée de l’Annapolis, les campus Middleton et de Lawrencetown du NSCC ont été les premiers à fermer leurs portes pour la journée. Juste après midi, le NSCC a émis un communiqué de presse stipulant que tous les campus seraient fermés par mesure de précaution.

«Par souci pour la sécurité des étudiants, des employés et des visiteurs des campus, le collège ferme ses portes sur tous ses sites pour le reste de la journée», a indiqué le NSCC.

Les collèges communautaires rouvriront leurs portes jeudi.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus