Justin Tang/La Presse canadienne Nathan Cirillo a perdu la vie au cénothaphe d'Ottawa.

OTTAWA — Les politiciens canadiens ont tenu à souligner, samedi, le deuxième anniversaire des attaques perpétrées au Monument commémoratif de guerre et sur la colline du Parlement, à Ottawa.

Le premier ministre Justin Trudeau a rappelé que le 22 octobre 2014, «les Canadiens ont été choqués par l’attaque brutale survenue à l’intérieur et aux environs du Parlement, au cours de laquelle le caporal Nathan Cirillo a perdu la vie et d’autres personnes ont été blessées».

M. Trudeau a ajouté que cette attaque «méprisable, au coeur même de notre démocratie, avait pour but de susciter la peur et diviser les Canadiens». Selon lui, elle a eu exactement l’effet contraire «puisqu’elle nous a rapprochés et rendus plus forts».

Justin Trudeau conclut que «le monde entier a vu que le Canada n’allait pas se laisser intimider par la haine et par la violence, qu’il allait plutôt affronter ces gestes avec force et conviction».

Le premier ministre souligne également la mort de l’adjudant Patrice Vincent, tué deux jours auparavant lors d’une autre attaque survenue à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

Le Parti conservateur, qui était au pouvoir lors de l’attaque au Parlement, a également tenu à dénoncer «ces actes terribles».

La chef intérimaire, Rona Ambrose souligné qu’il fallait «rester vigilants contre ceux qui veulent faire du mal aux Canadiens et à notre mode de vie».

«Comme nous l’avons vu à Paris, à Nice, à Orlando et avec la mort de deux Canadiens aux Philippines, cette dernière année seulement, le terrorisme djihadiste est une menace qui n’est pas confinée à un endroit du monde», a-t-elle ajouté.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus