Denis Germain

Pour rendre hommage aux défunts qui ont offert leur corps à la science, l’Université de Sherbrooke (UdeS) organise annuellement une messe commémorative.

La dernière en date a été célébrée le 23 septembre dernier en l’église Saint-François-d’Assise à Sherbrooke. «C’est un prêtre catholique qui donne la messe et c’est à l’église», lance Denis Bisson, technicien prosecteur et responsable du laboratoire d’anatomie et de plastination de l’UdeS.

Depuis 1993, il souligne qu’une seule demande religieuse particulière a été formulée. «On fait fi de ça. On fait une cérémonie catholique. Si on commence à faire toutes sortes de messes, on a pas fini d’en faire!» ajoute-t-il.

À LIRE AUSSI:
Quand la mort fait progresser la science
Les cadavres ont droit au respect

Il précise que la célébration est organisée avant tout pour les familles. Celles qui souhaitent une cérémonie religieuse particulière ou encore inhumer le défunt à un endroit précis, peuvent prendre possession des cendres, une fois que l’utilité du corps à des fins d’enseignement est terminée.

«Si les cendres sont récupérées, l’Université facture la crémation à la famille. On peut laisser le corps aux familles qui sont contre la crémation. Si la famille refuse les cendres [ou qu’elles ne sont pas réclamées], l’Université paie le transport, la crémation et l’inhumation», explique M. Bisson.

L’UdeS détient deux lots au cimetière Saint-Michel à Sherbrooke où les défunts sont inhumés. Le Collège Rosemont remet aussi les cendres à la famille. Le Cégep possède un lot commun.

 

*

En chiffres:

1,2 M$
Montant déboursé par le gouvernement du Québec de 2006 à 2015 pour incinérer et inhumer les adultes et les bébés dont le corps n’a pas été réclamé.

2847
De 2006 à 2014, 1007 corps d’enfants et 1536 corps d’adultes ont été incinérés et inhumés aux frais des contribuables. En 2015, le gouvernement a pris charge de 304 dépouilles mortelles.

281%
En 2006, Québec a dépensé 35 965$ pour disposer des corps non réclamés. Dix ans plus tard, ce montant a bondi de 281% pour se chiffrer à 137 000$. En 2014, les contribuables ont déboursé 201 763$, une hausse de 461% par rapport à 2006.

113%
Le nombre de demandes pour incinérer et inhumer des défunts non réclamés est passé de 143 en 2006 à 304 en 2015. Une hausse de 113%.

Loi
La loi prévoit que l’incinération et l’inhumation des personnes décédées non réclamées sont faites aux frais de la succession. À défaut, c’est le gouvernement du Québec qui s’en charge dans la mesure où les biens laissés par la personne décédée ne suffisent pas à couvrir ces frais ou qu’ils n’ont pas déjà été acquittés en vertu d’un contrat de préarrangement funéraire.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus