HALIFAX — La ministre néo-écossaise de l’Immigration a remercié «toute la communauté» pour son soutien, jeudi, alors que son mari a été libéré sous caution après avoir été accusé d’avoir attaqué, menacé et étranglé sa femme le jour du Nouvel An.

Lors de sa première déclaration depuis l’incident présumé, Lena Diab avait la voix basse et hésitante en décrivant sa situation «très tragique, triste, privée et personnelle».

Mme Diab a ajouté qu’elle était reconnaissante de l’appui de toute la communauté, ajoutant qu’elle se concentrerait «comme toujours» sur son travail.

La ministre a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Le mari de Lena Diab, Maroun, a été relâché sous plusieurs conditions, jeudi, à Halifax.

En vertu de l’ordre de cour, M. Diab ne doit pas entrer en contact avec sa femme et deux autres personnes, sauf si un avocat est impliqué. Il lui est aussi interdit de posséder une arme ou de consommer de l’alcool, et il ne doit pas se tenir dans un rayon de 100 mètres de la maison familiale, à Halifax.

Mardi, la police d’Halifax avait confirmé que l’homme de 58 ans avait été arrêté au jour de l’An après que les policiers eurent été contactés peu après minuit.

Il a plus tard été accusé de voies de fait, d’avoir tenté d’étrangler une personne et d’avoir proféré des menaces à Lena Diab. Il est aussi accusé d’avoir proféré des menaces à deux autres personnes.

Le premier ministre Stephen McNeil a refusé de commenter l’affaire, jeudi, sauf pour dire que sa collègue avait son «affection et son appui».

Lena Diab, une avocate et femme d’affaires, est devenue la première femme à assumer le poste de ministre de la Justice dans la province après avoir été élue en octobre 2013.

Maroun Diab devrait retourner en cour le 9 février.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!