MONTRÉAL — Tout comme l’an dernier, la facture des clients résidentiels d’Hydro-Québec grimpera de 0,7 pour cent à compter du 1er avril, a indiqué mercredi la Régie de l’énergie.

Dans sa demande tarifaire, Hydro-Québec réclamait une hausse de 1,6 pour cent des tarifs pour ses clients résidentiels.

En moyenne, cette décision du tribunal réglementaire devrait faire grimper de 11 $ la facture annuelle d’une petite maison chauffée à l’électricité.

La Régie fait valoir que l’augmentation de 0,7 pour cent devrait permettre à la société d’État d’engranger une somme supplémentaire de 70 millions $, pour des revenus totaux de 11,7 milliards $.

Elle justifie l’augmentation par une hausse des coûts du service de transport en raison du remplacement d’un type de disjoncteur, de l’accroissement de la maintenance liée à la pérennité du réseau ainsi que le déploiement d’infrastructures visant à éviter les cyberattaques.

Par ailleurs, après un gel d’un an, les grands clients industriels d’Hydro-Québec devront absorber une augmentation de 0,2 pour cent du tarif L. La société demandait une hausse de 1,1 pour cent.

Dans sa réaction, Hydro-Québec a rappelé qu’elle «maintenait son engagement» puisque cette augmentation autorisée par la Régie est inférieure à l’inflation pour la deuxième année consécutive.

«Ce qui explique la hausse, c’est essentiellement les coûts reliés à la maintenance et les investissements nécessaires dans le réseau de transport. Donc, c’est pour assurer la pérennité des équipements des réseaux de transport. C’est une nouvelle dépense qui fait une légère pression à la hausse sur les tarifs», a indiqué en entrevue téléphonique Marc-Antoine Pouliot, attaché de presse pour Hydro-Québec.

L’Union des consommateurs a parlé d’une «petite hausse», tout en estimant qu’elle était encore «de trop» alors que les clients «en arrachent pour payer leurs factures».

Viviane de Tilly, analyste énergie pour l’Union des consommateurs, a déploré que ce soit de nouveau les familles qui écopent le plus.

«Encore une fois, parce que le gouvernement a demandé que le prix de l’électricité patrimoniale des grandes industries ne soit pas indexé à l’inflation contrairement à tous les autres clients, les grandes entreprises ne supporteront qu’une hausse de 0,2 pour cent. La demande du gouvernement a pour effet de transférer cette année environ 40 millions $ de coûts vers les familles québécoises», a-t-elle fait valoir par courriel.

Tout de même, l’Union des consommateurs se «console» que la Régie de l’énergie ait réduit la hausse demandée d’Hydro-Québec «de près de 120 millions $».

L’Union des consommateurs a aussi relevé la mise en vigueur du mécanisme de traitement des écarts de rendement (MTÉR) à partir de cette année. Ainsi, si Hydro-Québec réalise des profits supérieurs à ceux autorisés par la Régie, les sommes seront partagées avec les clients lors de l’établissement des tarifs.

«Lorsqu’à la fin de l’année, Hydro-Québec va avoir réussi à livrer son service avec moins d’argent que prévu, l’écart en question va désormais retourner en partie aux clients d’Hydro-Québec pour les tarifs de l’année subséquente», a expliqué l’attaché de presse d’Hydro-Québec.

L’Union des consommateurs salue aussi la demande par la Régie de la mise en place à l’interne d’un centre d’accompagnement pour les ménages à faibles revenus afin de coordonner l’ensemble des interventions vis-à-vis cette clientèle.

L’Union des consommateurs a souligné qu’Hydro-Québec avait lancé un appel de proposition en 2016 pour confier ces activités à l’externe.

— — —

Dernières hausses tarifaires acceptées par la Régie de l’énergie pour les clients résidentiels d’Hydro-Québec:

2016: 0,7 pour cent

2015: 2,9 pour cent

2014: 4,3 pour cent

2013: 2,4 pour cent

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!