Plus du tiers des élèves du secondaire au Québec avouent avoir subi de la violence physique ou verbale à l’école ou sur le chemin de l’école, ou encore de la cyberintimidation, selon un nouveau rapport déposé jeudi.

Menée auprès de 63 196 élèves, l’étude de l’Institut de la statistique du Québec permet de constater que la violence demeure un problème important dans les écoles secondaires. Quarante-trois pourcent des garçons se disent victimes de violence, contre 31% chez les filles. En revanche, plus d’un quart des filles souffriraient de détresse psychologique, soit deux fois plus que les garçons.

Les garçons seraient aussi les plus touchés par le décrochage scolaire. Le quart d’entre eux serait à risque de quitter leurs études avant de terminer leur secondaire 5, comparativement à 16% des filles.

Le rapport suggère en outre que les élèves victimes de violence ont 25% de plus de chance de décrocher.

Pour la première fois, on serait en mesure d’observer la cyberintimidation, soit l’intimidation par le biais d’internet. Cinq pourcent des élèves interrogés par l’étude auraient vécu ce type d’intimidation, dont sept pourcent de filles.

Le phénomène, trop récent, n’a pas de précédent dans les données, et on ne peut donc pas mesurer son évolution, explique Patrick Laprise, un des auteurs du rapport. D’ailleurs, la méthodologie utilisée dans l’étude est trop différente par rapport à celles des années précédentes pour savoir si le taux de violence globale croît ou décroit dans les écoles.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!