Graham Hughes / La Presse Canadienne Merouane Ghalmi

MONTRÉAL – Merouane Ghalmi, un Montréalais de 22 ans qui est soupçonné d’avoir planifié un crime de nature terroriste, devra revenir en Cour le 26 novembre prochain pour une conférence de gestion relativement à l’accusation de bris de condition portée contre lui.

Ghalmi, qui n’était pas en Cour mercredi, devra être présent le 26 novembre.

Dans une sommation émise en février, la Gendarmerie royale du Canada craignait que Merouane Ghalmi ne s’apprête à commettre un acte terroriste. Le contenu d’une déclaration sous serment n’a pas été rendu public, de sorte que l’on ignore la nature des soupçons qui pèsent contre lui.

Le jeune homme avait comparu le 27 mars et le tribunal avait jugé que les craintes de la GRC étaient fondées sur des motifs raisonnables. Toutefois, aucune accusation n’avait été portée et Merouane Ghalmi avait été libéré après avoir signé un engagement à ne pas troubler l’ordre public assorti de multiples conditions, une mesure préventive permise par les lois antiterroristes.

Il avait dû notamment accepter de porter un bracelet de localisation GPS à la cheville, se rapporter aux policiers régulièrement, rendre son passeport, ne pas posséder de téléphone cellulaire, ne pas communiquer avec des gens en Syrie et dévoiler tous les mots de passe de ses appareils électroniques.

Il s’était aussi engagé à ne pas consulter du contenu qui vise à faire la promotion de la violence ou de l’extrémisme politique et religieux. Or, il a été arrêté en mai dernier et accusé d’avoir enfreint précisément cette condition.

Il a de nouveau été remis en liberté en attendant la suite des procédures et ses conditions ont été resserrées, de sorte qu’il lui est maintenant interdit de naviguer sur Internet.

Par ailleurs, il ne peut communiquer avec Daniel Minta Darko, un autre Montréalais qui a signé, lui aussi, un engagement de ne pas troubler l’ordre public, en avril dernier. Ces engagements sont valides pour un an.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!