Stephan Savoia / The Associated Press

Une soi-disant vidéo de surveillance montrant un jeune homme détruisant à coups de pied le «robot canadien qui fait du pouce» serait un canular.

Selon les créateurs de «HitchBot», la vidéo, qui a beaucoup circulé sur les médias sociaux, serait une mise en scène. Par contre, la destruction du petit robot, elle, est bien réelle.

Par ailleurs, les aventures du curieux petit auto-stoppeur à bottes jaunes sur les routes des États-Unis ne reprendront pas de sitôt. Les créateurs ontariens de HitchBot, bricolé à partir de spaghettis de piscine et de bidules, attendent maintenant de recevoir ses restes — moins la tête, toujours manquante. Les chercheurs décideront ensuite s’ils vont réparer le robot et confier de nouveau son destin à la bienveillance des automobilistes américains.

Les créateurs du robot pourraient aussi décider de fabriquer un tout nouvel auto-stoppeur, qui serait cette fois destiné aux écoles canadiennes, dans le cadre d’un projet mettant à contribution de jeunes élèves.

Deux professeurs universitaires ontariens avaient fabriqué le robot pour analyser, avec leurs étudiants, les comportements humains en suivant le périple du petit auto-stoppeur de métal sur les routes canadiennes. Ils voulaient savoir en somme si les robots peuvent faire confiance aux humains.

Le périple du robot était suivi grâce à la géolocalisation, et HitchBot pouvait même parler, grâce à un ordinateur de bord alimenté par de petits panneaux solaires. Les automobilistes de bonne volonté pouvaient aussi exaucer un des voeux inscrits sur sa liste de souhaits. Aux États-Unis, il aura eu le temps d’exaucer deux de ses voeux: aller à Times Square, et «faire la vague» pendant un match sportif — il l’a fait à Boston, pour une partie de baseball des Red Sox.

Après avoir parcouru en auto-stop le Canada l’an dernier, de Halifax à Victoria, et une partie de l’Europe, cette année, le robot avait amorcé son périple aux États-Unis à la mi-juillet. Mais son voyage états-unien s’est terminé abruptement à Philadelphie: les restes de HitchBot ont été retrouvés samedi dans un caniveau.

Il n’avait pas formulé de voeu précis pour la «ville de l’amour fraternel».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!