Métro Le bégaiement apparaît souvent entre 2 et 5 ans.

Confrontés à une per­sonne qui s’expri­me en bégayant? L’ortho­pho­niste Agathe Tupula Kabola propose quelques pistes pour mieux communiquer.

CV de l’expert

  • Nom : Agathe Tupula Kabola
  • Années d’expérience : 4 ans
  • Clinique : Directrice générale de la clinique Proaction

Éviter les commentaires
En tant qu’interlocuteur, il faut éviter les remar­ques, même gentilles, conseille Agathe Tupula Kabola. «Prends ton temps» ou «Respire» sont des exemples de commentaires pouvant aggraver le trouble de la personne qui bégaie. «Certains croient à tort que le bégaiement est causé par un débit de paroles trop rapide, ou encore par la gêne, alors qu’il n’en est rien», précise l’orthophoniste.

Ne pas terminer les phrases à sa place
Même si on devine le reste de sa pensée, il est important de laisser la personne compléter sa phrase. Fuir le regard de son interlocuteur peut également contribuer à le mettre mal à l’aise.

Parler plus lentement
Une autre stratégie importante est de s’adresser à la personne qui bégaie avec un débit plus lent, mais tout de même naturel. On privilégie ainsi les pauses, afin de laisser à l’autre le temps de répondre.

Demeurer attentif au contenu
L’orthophoniste déplore les préjugés selon lesquels les personnes qui bégayent sont plus lentes intellectuellement. «Il faut se concentrer sur le contenu des propos plutôt que sur la manière dont ils sont exprimés», indique-t-elle. Elle précise que ce rappel est surtout important pour les enseignants. À noter, le bégaiement apparaît souvent entre 2 et 5 ans.

Ne pas poser trop de questions
Ce conseil est surtout valide quand on s’adresse aux enfants: «Il faut tenter d’équilibrer le ratio de questions et de commentaires», affirme Agathe Tupula Kabola. Poser trop de questions pour encourager l’enfant à parler risque de créer une pression qui ne fera qu’exacerber le problème.

Aussi dans Cinq trucs contre... :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!