Getty Images/iStockphoto La question du réchauffement climatique d’ici 2050 constitue aussi une variable à ne pas négliger.

Une même étude, deux interprétations. Selon Le Monde, «une agriculture 100 % biologique pourrait nourrir la planète en 2050», alors que selon le New Scientist, «si nous mangions seulement bio, ce serait un désastre environnemental». Comment expliquer cette contradiction?

En fait, la contradiction n’est qu’apparente. Le journaliste Michael LePage, du New Scientist, a lui aussi lu, comme son collègue, que l’étude parue l’automne dernier dans Nature Communications concluait qu’il était «possible» d’avoir, en 2050, près de 10 milliards de personnes ne mangeant que «bio». Mais il a aussi vu que pour en arriver là, le prix à payer serait très élevé: il faudrait utiliser de 16 à 33 % plus de terres agricoles pour produire la même quantité de nourriture qu’avec une agriculture «conventionnelle».

Certes, il serait théoriquement possible de réduire ce chiffre si, parallèlement, on parvenait à réduire considérablement le gaspillage alimentaire et la consommation de viande, mais c’est un pari risqué, note Michael LePage: que se passe-t-il si on n’arrive pas à cette réduction aussi vite qu’espéré?

Comment cela fonctionnerait-il en pratique? Interdirait-on aux fermiers de devenir «bios» tant que la consommation de viande n’aurait pas diminué? Leur ordonnerait-on de revenir à une agriculture conventionnelle si le gaspillage alimentaire augmentait?

En fait, les bémols associés à un scénario «100 % bio» sont tellement nombreux – davantage de terres agricoles à exploiter, des déficits d’azote dans le sol et le réchauffement climatique, qui va rendre une partie des sols moins productifs – que les auteurs de l’étude eux-mêmes le soulignent dès l’introduction : «aucune des stratégies [proposées] ne nécessite une implantation complète; seules leurs implantations partielles combinées permettraient d’envisager un avenir alimentaire plus durable».

Traduction: l’idéal serait un mélange de «bio» et d’autres approches, plutôt que de mettre tous les œufs dans le même panier.

Dans l’ensemble, les résultats montrent que, par exemple, un système alimentaire combinant 60% de production bio, 50% d’agriculture moins énergivore [par rapport à la période 2005-2009] et 50% de réduction du gaspillage alimentaire aurait besoin de peu de terres additionnelles.

Des bémols qui n’ont pas échappé à l’auteur de l’article du Monde, qui se fait d’ailleurs beaucoup plus prudent dans le texte que dans le titre.

De plus, comme l’étude, réalisée sous l’égide de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), utilise 2050 comme année de référence, la question du réchauffement climatique d’ici 2050 constitue une variable à ne pas négliger: dans le scénario le plus pessimiste évoqué par l’étude, la production alimentaire par hectare n’augmenterait pas du tout. En revanche, précise-t-elle, certaines recherches vont jusqu’à prédire «une diminution de la production alimentaire» en raison de la hausse des températures, mais «nous avons décidé de ne pas inclure ces possibilités dans notre
scénario»

Aussi dans Bouffe :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!