Amine Esseghir/TC Media César Herzele présente les radis produits dans le jardin d'un producteur d'Ahuntsic et vendus sur le marché solidaire de la station Sauvé.

Le marché Ahuntsic-Cartierville (MAC) sert à fournir un accès aux fruits et légumes dans les déserts alimentaires. Il est aussi au cœur d’un réseau d’agriculteurs locaux et de producteurs communautaires.

Le kiosque à légumes à proximité du métro Sauvé est nul doute devenu un lieu incontournable. Ici, on trouve une offre variée de produits maraîchers: tomates, oignons, choux, navets, radis.  «Actuellement, ce sont les fraises qui ont le plus de succès», relève César Herzele, le coordonnateur du marché.

Ces produits frais, en général 15 à 20% moins cher qu’en épicerie, sont destinés autant aux résidents des environs qu’aux usagers du métro. En plus de pallier le manque de fruits et légumes, la vente permet le développement de tout un projet social.

L’approvisionnement, par exemple, se fait auprès d’une quinzaine de producteurs agricoles situés dans la région montréalaise. Parmi les légumes qu’on y trouve, certains viennent directement d’Ahuntsic-Cartierville.

«Ces radis proviennent du jardin d’un producteur du quartier, on propose aussi des herbes cultivées par une résidente des environs», dit M. Herzele.

Le kiosque constitue en fait un point de vente pour des agriculteurs urbains. «Nous ne refuserons pas un casier de tomates d’un agriculteur passionné qui cultive son lopin de terre avec amour», assure le coordonnateur du MAC.

Cette façon de faire permet aussi à des gens de se créer un surplus de revenus avec des produits transformés. «Nous avons des tartes maison confectionnés par une dame d’Ahuntsic. Elles ont beaucoup de succès.»

Différents types de pains sont également proposés. Ils sont faits par le Carrefour du pain, une entreprise d’économie sociale de Montréal-Nord qui fait aussi de l’insertion professionnelle pour des jeunes exclus du système éducatif.

Même si les produits sont moins chers qu’en épicerie, le kiosque de la station Sauvé génère des revenus qui sont reversés dans l’action sociale du MAC.

«La vente dans le kiosque permet d’équilibrer nos finances», précise M. Herzele.

Le marché Ahuntsic-Cartierville est d’abord connu pour son camion blanc qui fait le tour des quartiers mal desservis en légumes et fruits. «En 2016, nous avons rejoint 13 280 personnes. Nous visons plus de 16 600 cette année», confie M. Herzele.

Cette mission est toujours assurée trois matinées par semaine et lors d’événements publics dans l’arrondissement. Les produits sont vendus à des prix beaucoup plus bas que ceux généralement admis.

«À chaque fois qu’un client achète une livre de fraises, il contribue à une action communautaire», note M. Herzele.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!