Deposit Il n'est pas rare de voir des coyotes à Montréal, mais ces animaux attaquent très rarement les personnes.

Des coyotes ont été aperçus au cours des derniers jours dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs signale qu’au moins trois résidents ont été mordus par ces animaux.

La Ville de Montréal a dû faire appel à un trappeur pour pouvoir les capturer. Un contrat a été octroyé à un spécialiste afin de mettre en place des dispositifs pour attraper ces animaux. Ainsi, deux coyotes problématiques ont été éliminés dans la nuit du 6 août sur le terrain du complexe environnemental de Saint-Michel.

«La priorité de la Ville de Montréal demeure la sécurité des citoyens», assure Anik de Repentigny, chargée de communication à la Ville.

Il reste que cette présence de coyotes aux abords des secteurs boisés n’est pas exceptionnelle. La porte-parole de la Ville mentionne une quinzaine de signalements de ces animaux cette année.

«Pour l’instant, les observations suivent généralement un parcours dans le même secteur allant du parc Champdoré aux parcs locaux à l’ouest de l’avenue Papineau, près du complexe sportif Claude-Robillard», précise-t-elle.

Pas rare le coyote
D’après le ministère de la Faune, il y a un écosystème à Montréal qui leur permet de se nourrir et de se reproduire. À Montréal, la population de cette espèce atteindrait autour de 1000 spécimens, selon la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA).

Selon la Ville, le coyote a été recensé par les années passées à Pointe-Claire, au parc agricole du Bois-de-la-Roche, au parc-nature du Bois-de-l’Île-Bizard, au parc-nature du Bois-de-Liesse, au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies et au parc Frédéric-Back, mais Montréal ne détient pas de chiffre précis de la population de ces mammifères sur son territoire.

Les autorités municipales rappellent toutefois que ces animaux ne constituent pas un risque pour les citoyens. «On dénombre peu de cas de coyotes qui ont attaqué ou mordu des êtres humains», relève Mme de Repentigny.

La première recommandation aux gens est d’éviter de les nourrir.

«On peut leur donner à manger même de manière involontaire en laissant de la nourriture pour chiens ou pour chats à l’extérieur quand on habite près des zones boisées par exemple, rappelle-t-on au ministère. Dans ce cas les coyotes perdent leurs habitudes d’aller chasser et peuvent avoir ensuite des comportements anormaux.»

La Ville de Montréal recommande de clôturer les jardins et de bien éclairer l’extérieur des maisons, car cela éloigne les animaux sauvages.

«Sinon, le coyote n’aime pas la compagnie des hommes. Il est rare de le voir se promener en journée. Il préfère chasser la nuit», souligne-t-on au ministère de la Faune.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!