Photo Vanessa Hébert/Métro Media Éric-Abel Baland en sera à sa première campagne sous la bannière du NPDQ.

Éric-Abel Baland se présentera sous la bannière du Nouveau Parti démocratique du Québec (NPDQ), une nouvelle offre alternative.

Détenant un baccalauréat en sciences de l’économie et une licence universitaire 1er cycle à Paris en gestion d’entreprises culturelles et communication événementielle, M. Baland est arrivé au Québec il y a maintenant bientôt 20 ans et œuvre dans le domaine des arts de la scène depuis plus de 40 ans.

Malgré son parcours dans le milieu culturel, la politique a toujours fait partie de sa vie, de la manière dont il a été élevé par ses parents.

« C’est ancré en moi. C’était donc tout naturel de m’impliquer dès mon arrivée au Québec », explique celui qui a débuté en faisant du bénévolat aux côtés d’Alexandre Boulerice du NPD dans la circonscription de Rosemont—La Petite-Patrie où il habite.

Enjeux primordiaux
Ayant travaillé dans le quartier depuis plus de dix ans, M. Baland est bien au fait des enjeux qui touchent ses résidents.

Concernant l’accès aux soins de santé, il trouve alarmant le nombre de médecins par habitant. « L’attente est longue et les CLSC débordent. On propose de réviser la rémunération des médecins de façon à les encourager et les inciter à venir dans le quartier », développe le candidat.

Un autre point chaud selon lui est toute la question de ce qu’il appelle le « vivre ensemble ». À ses yeux, il est impératif de préserver les populations qui sont chez elles en s’assurant qu’elles aient accès à des logements abordables.

Parallèlement, il souhaite également trouver un équilibre à ce qu’on appelle la gentrification dans le quartier.

« Cette nouvelle population et ses nouveaux commerces qui amènent des emplois, il faut trouver une manière pour que tout le monde puisse en bénéficier », mentionne M. Baland.

L’éducation et la culture sont deux domaines sur lesquels il voudra également travailler.

Se faire connaître
M. Baland est bien au fait que son visage ainsi que son parti sont nouveaux pour les résidents. C’est pourquoi il se fait un devoir d’aller rencontrer les gens et d’être à l’écoute de ceux-ci et de leurs préoccupations.

« Je veux qu’ils sentent que je ne suis pas candidat dans Hochelaga-Maisonneuve, mais bien pour Hochelaga-Maisonneuve », lance-t-il en terminant.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!