Gracieuseté Martin Levac en action.

La ressemblance est frappante, la voix identique. À l’exemple de son idole, Martin Levac est chanteur, batteur, claviériste et auteur-compositeur-interprète. Depuis plus de 25 ans, il personnifie Phil Collins.
@R:Celui qui se décrit «comme le plus grand fan fini de Collins sur la planète», sera au Théâtre Desjardins pour la troisième fois, le samedi 19 novembre, avec son spectacle Danse into the light- Le meilleur de Phil Collins.

«On vient de franchir notre 200e représentation. C’est un survol de sa carrière solo et nous sommes huit musiciens, avec deux batteries et une section de cuivres», explique l’artiste.

Le duo de batteries constitue l’un des moments forts du spectacle. «Ça fait 200 fois qu’on le fait et qu’on a une ovation après le duo. C’est ce que Chester Thompson et Phil Collins faisaient à l’époque», explique Martin Levac.

Les grands classiques du chanteur britannique figurent au menu, dont In the Air Tonight, Against All Odds, Sussudio, One More Night, Easy Lover, Another Day in Paradise, et autres.

«En 2010, nous sommes allés en Allemagne, en Belgique, en Hollande et au Portugal», explique l’artiste.

Découvrir son modèle
La passion de Martin Levac pour Genesis et Phil Collins prend racine dans son adolescence. Il change sa batterie de droitier à gaucher pour mieux saisir les nuances de jeu de son idole. «C’est un gaucher et son set de drums est complètement à l’envers. À 18 ans, j’ai changé de bord et il m’a fallu beaucoup d’heures pour y arriver».
Martin Levac personnifie Phil Collins pour la première fois au sein du groupe The Musical Box, groupe hommage à Genesis période Peter Gabriel.

«Il faut le prendre comme un comédien. Ce n’est pas moi que a choisi Phil Collins, c’est plutôt lui que m’a choisi. Je suis batteur et j’ai une voix similaire. Les gens me demandaient toujours du Phil Collins et j’ai monté un groupe hommage», raconte celui qui avait alors 20 ans.

Un défi de taille. «J’ai tellement travaillé pour reproduire exactement ce qu’il fait. Je prends le personnage au début du show et je ne le lâche pas jusqu’à la fin. Je prends sa voix parlée et sa gesticulation», dit-il.

Rencontres
En 2002, première rencontre avec son idole à la station CKOI de Montréal. En 2005, à Genève, Phil Collins passe la journée avec The Musical Box et prend la place de Martin Levac derrière la batterie pour le rappel.

«J’avais peur d’être déçu, mais il est très sympathique et on a passé une super belle journée. Il m’a dit qu’il trouvait ça drôle et «weird» parce qu’il ne se considère pas comme un personnage», précise Martin Levac.
L’artiste poursuit sa tournée québécoise jusqu’au 15 décembre. Parallèlement, Levac joue le répertoire de Genesis avec un trio jazz et présente un autre show avec les chansons de son album «Martin Levac 1985», paru en 2015.

Samedi 10 novembre à 20h. 514 367-6373.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus