Gracieuseté Le film sera diffusé en première mondiale dans le cadre des Rencontres Internationales du documentaire de Montréal (RIDM) les 12 et 15 novembre. Il sera par la suite à l'affiche au Cinéma Excentris dès le 23 novembre ainsi qu'au Méga-Plex Lacordaire 16 Guzzo, à Saint-Léonard.
Le documentaire « Ma vie réelle », du réalisateur Magnus Isacsson, décédé en août dernier, permet de suivre le trajet de quatre jeunes adultes de Montréal-Nord. Présenté en avant-première dans le quartier qui les a vus grandir le 6 novembre, le film sera diffusé en première mondiale dans le cadre des Rencontres Internationales du documentaire de Montréal (RIDM) les 12 et 15 novembre. Il sera par la suite à l’affiche au Cinéma Excentris dès le 23 novembre ainsi qu’au Méga-Plex Lacordaire 16 Guzzo, à Saint-Léonard.

Produit par Les Films du 3 mars et Amazone Film, « Ma vie réelle » raconte l’histoire de Danny, Alex, Mickerson et Michael, pour qui la musique est un exutoire, un mode d’expression, une nécessité. Après une enfance difficile marquée par des luttes hors du commun, chacun d’entre eux a choisi le hip-hop pour dire l’abandon, les problèmes familiaux, l’univers de la toxicomanie ou le suicide.

Dans un studio de leur quartier, le prof de musique, coach et ami Don Karnage leur fournit les outils pour concrétiser leur art. Pendant 18 mois, ces jeunes hommes de 17 à 22 ans ont accepté de partager avec le réalisateur leur histoire, leur quotidien à Montréal-Nord et leurs créations.

Portrait croisé de quatre individus en transition et miroir d’un quartier montréalais méconnu, « Ma vie réelle »  est un documentaire social qui s’interroge avec sincérité sur le décrochage scolaire, la délinquance, les rites de passage vers l’âge adulte et ce que signifie être parent.

Lègue d’un cinéaste marquant

Le cinéaste Magnus Isacsson, décédé en août 2012, a œuvré dans l’univers du documentaire depuis sa jeunesse. Ancien réalisateur de radio et de télévision, cinéaste indépendant depuis 1986, il a fait des films qui soulèvent les questions sociales et politiques de l’heure en posant un regard singulier, profondément humain, sur les événements ou situations via les « acteurs  » qui les vivent. Au cours des années récentes, il s’est spécialisé dans le documentaire de « long cours », aimant à suivre – dans leur durée réelle, sur plusieurs années – des situations conflictuelles. Montrés à la télévision, dans des festivals et en salle, plusieurs de ses films ont été primés au Canada et à l’étranger. Magnus Isacsson a reçu le prix Lumières de l’Association des Réalisatrices et Réalisateurs du Québec 2004. Un évènement hommage « Le cinéma de Magnus Isacsson » sera organisé le 11 novembre prochain au Lounge de la Cinémathèque québécoise.

Il est possible de voir les premières images de ce documentaire racontant le quotidien de quatre jeunes à Montréal-Nord en visitant www.maviereelle.com 

Dès le 23 novembre au Cinéma Excentris (Montréal)

Dès le 30 novembre Méga-Plex Lacordaire 16 (GUZZO) et au Cinéma Cartier (Ville de Québec).

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!