L’odeur de charbon de bois, la musique country et les côtes levées en quantité astronomique ont envahi le stationnement de la mairie de Pierrefonds pour la deuxième année consécutive. Pendant toute la fin de semaine, les adeptes de ribs étaient invités à se saucer les doigts dans les côtes levées des meilleurs «pit masters».

Le site, qui avait des airs de carnaval du sud des États-Unis, a accueilli près de 25 000 visiteurs et a permis à l’organisme Grands Frères Grandes Sœurs de l’Ouest-de-l’Île de recueillir environ 40 000$.

En raison de la météo, cette deuxième édition a été un peu moins fréquentée que la précédente, alors que l’événement avait attiré près de 30 000 festivaliers. Les organisateurs sont tout de même impressionnés que les visiteurs aient été si nombreux malgré la pluie.

«Ce n’est pas seulement que les gens restaient même s’il pleuvait. On en voyait qui arrivaient au beau milieu de l’averse pour venir chercher leurs côtes levées. Il faut le faire», s’exclame la directrice générale de Grands Frères de l’Ouest-de-l’Île, Francesca Corso.

Cauchemar des végétariens
Si le menu du Montreal Ribfest ne s’arrête pas aux côtes levées, il reste composé majoritairement de viande. Le porc effiloché et le poulet BBQ complétaient l’offre de la majorité des exposants, qui suggéraient un combo judicieusement nommé «Vegetarian Nightmare».

Les ribbers affichaient fièrement leurs trophées remportés lors de nombreux concours aux États-Unis et au Canada, espérant convaincre les visiteurs de les choisir. D’ailleurs, les cuisiniers, coiffés de chapeaux de cow-boys, criaient à tout vent «Nous sommes les champions!»

Quelques personnalités de la scène municipale montréalaise faisaient cette année partie du jury. Parions que le maire de Montréal, Denis Coderre, et celui de Pierrefonds, Beis Dimitrios, ne se sont pas fait prier pour consacrer une partie de leur journée de samedi à goûter les meilleures côtes levées d’Amérique du Nord.

La compétition était féroce, mais c’est à Camp 31 (Alabama) et Ribs Royale BBQ (Nevada) qu’ils ont décerné le prix du jury pour les meilleures côtes levées. Ce dernier a également remporté le Prix du public, mais le trophée pour la meilleure sauce a été remis à Railroad Ribs.

Rares sont ceux qui avaient goûté aux côtes des six exposants présents, mais Francesca Corso assure que certains l’ont fait. «Il y a des gens qui viennent chaque jour, deux fois par jour pour goûter au menu des six ribbers. De vrais mordus», ajoute-t-elle.

Parmi les bénévoles, mentors et parents des Grands Frères Grandes Sœurs de Montréal ont eu l’occasion de rencontrer ceux qui venaient contribuer à leur cause. Une façon, peut-être, de les encourager à s’impliquer dans l’organisme, toujours à la recherche surtout d’hommes pour soutenir les jeunes. Il y a présentement près de cinquante garçons en attente d’un Grand frère dans l’Ouest-de-l’Île.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!