François Lemieux/Métro Média Geoffrey Kelley a tenu à remercier une longue liste de collaborateurs et de membres de sa famille lors de l'annonce de son départ de la sphère politique, lundi matin.

Après avoir vu son avenir faire l’objet de nombreuses rumeurs et spéculations au cours des derniers mois, le ministre des Affaires autochtones et député de Jacques-Cartier, dans l’Ouest-de-l’Île, quitte la politique. Geoffrey Kelley ne sollicitera pas un huitième mandat.

En conférence de presse à Beaconsfield, lundi matin, le député libéral en poste depuis septembre 1994, a confirmé avoir pris ce qu’il qualifie de décision déchirante.

«Il y a toujours des éléments de mon travail que j’adore. Mais je suis également très conscient qu’il s’agit d’un engagement de quatre ans. Je viens d’avoir 63 ans. Le va-et-vient est un facteur. Après 24 ans comme député et quatre ans comme attaché politique de Claude Ryan où j’ai abandonné ma famille chaque semaine, je pense avoir fait ma part», indique-t-il.

Les résultats de récents sondages électoraux, qui donnent le haut du pavé à la Coalition avenir Québec, n’ont pas eu d’impact sur son choix.

«Au Canada, les campagnes électorales comptent pour beaucoup. Qui aurait pu prédire le résultat électoral en Ontario ou dans les autres provinces ? Je suis confiant que M. Couillard et son équipe vont mener une très belle campagne. L’économie du Québec et l’état des finances publiques sont solides. On a toutes les chances de gagner la prochaine élection», fait-il valoir.

Fin de mandat
M. Kelley restera donc en poste jusqu’aux élections d’octobre prochain. Deux projets qui lui tiennent toutefois à cœur ne seront pas réalisés d’ici là. C’est pourquoi il souhaite que son successeur saura garder un œil sur la réalisation du Réseau express métropolitain (REM) ainsi que la reconstruction de la salle d’urgence de l’Hôpital général du Lakeshore pour le bien-être des électeurs de la circonscription.

Diplômé de l’Université McGill, M. Kelley a été enseignant au secondaire, collégial et à l’université. Il pourrait retourner à son métier après la fin de son mandat.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!