La Commission sur le développement économique de la Ville de Montréal, qui avait été chargée il y a six mois d’étudier l’impact du projet du méga centre commercial à l’angle des autoroutes 15 et 40, aujourd’hui appelé Royalmount, demande un délai supplémentaire de sept mois pour rendre son rapport. Ce délai lui a été accordé lors du conseil municipal lundi.

Elle indique, dans une motion présentée lundi, que le promoteur du projet, Carbonleo, n’a fourni que des analyses préliminaires aux services de la Ville, ce qui empêche les fonctionnaires de fournir un avis technique sur les questions entourant la structure commerciale du projet, l’accessibilité et les infrastructures.

Sans études sur lesquelles s’appuyer, la Commission, composée d’élus, se dit dans l’impossibilité de rendre son rapport et demande un délai supplémentaire pour que les services de la Ville puissent réaliser les études nécessaires.

La Commission doit rendre un rapport sur les impacts du projet de méga centre commercial sur les déplacements, la circulation, les retombées fiscales municipales et commerciales afin que l’administration Coderre puisse se positionner sur le projet.

Le chef de l’opposition officielle, Luc Ferrandez, a regretté lundi que rien n’ait été fait comme analyse jusqu’à maintenant. «On a été jugé d’alarmistes l’hiver passé. Aujourd’hui, le projet va de l’avant, les changements de zonage et l’achat de terrains ont été faits. Et la Commission est muselée dans son travail puisqu’elle n’a pas les données nécessaires pour faire des recommandations», a-t-il alerté.

Il soutient que plusieurs actions auraient dû être entreprises dès le début des travaux de la Commission, comme une analyse de la circulation et une consultation publique.

Toutefois, Russell Copeman a insisté pour dire qu’il fallait «procéder de façon ordonnée». «Les études d’impact sont demandées d’abord au promoteur et ensuite analysées par nos services», a-t-il rappelé. Comme le promoteur n’a fourni jusqu’à maintenant que des analyses préliminaires, il estime que «la demande de prolongation est essentielle».

«Les analyses sont essentielles, mais elles arrivent trop tard et ne serviront à rien», a quant à lui réagi Benoît Dorais, chef de la deuxième opposition, Coalition Montréal.

«Si six mois n’a pas été assez, est-ce que sept mois seront assez?», a questionné de son côté l’élu Marvin Rotrand. Il a ajouté que plusieurs résidents du secteur s’interrogent sur l’impact de ce projet et espèrent pouvoir être consultés sur le projet, notamment sur les questions de circulation et des infrastructures.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!