TC Media / Sarah Laou Le "Belvédère du 375e" de Pointe-aux-Trembles sera construit en porte-à-faux sur le fleuve ou bien à 10 mètres de la rive. Cela dépendra du registre actuellement en cours.

Le résultat du referendum s’est avéré serré, mais le belvédère du 375e anniversaire de Montréal sera bel et bien construit en 2017, au grand dam de ces opposants qui se disent toutefois «très satisfaits de cet exercice de consultation publique».

La construction de la scène commémorative en bordure de rive, prévue dans le cadre du projet, est estimée à un coût de 615 000$, financés par Montréal dans le cadre du 375e anniversaire de la ville.

Le projet de ce belvédère en porte-à-faux, qui serait aménagé à l’arrière de la Maison du citoyen, près du fleuve, était sur la sellette depuis ces derniers mois, en raison de certains citoyens, opposés au plan scénographique.

La réglementation actuelle permet sa construction, mais l’arrondissement souhaitant le bâtir en porte-à-faux du fleuve, cela nécessitait une modification au règlement de zonage.

Le referendum de ce dimanche 2 octobre a ainsi permis aux citoyens de se prononcer sur ce point. «À l’issue du scrutin, 77 citoyens ont exprimé leur accord à la question posée alors que 68 personnes ont voté contre. Sur 261 électeurs inscrits, 147 d’entre eux ont exprimé leur droit de vote, soit 56%», a annoncé dans un communiqué l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Opposés à la scénographie, non au projet

Une majorité de citoyens s’est donc montrée favorable à la modification au schéma de règlement de zonage, à neuf voix près. Maurice Vanier, porte-parole de l’Association des riverains du Vieux-Pointe-aux-Trembles (ARVPAT), se dit tout de même très satisfait d’avoir réussi à mettre en place un référendum: «la démocratie est gagnante, admet-il. Nous ne sommes pas déçus, c’est comme ça que tous les enjeux urbains devraient être traités.»

En demandant la tenue d’un referendum, l’ARVPAT «a forcé la mairesse Rouleau à se déplacer chez les gens et à devoir expliquer plus concrètement son projet ; il ne répondait pas aux critères dans sa présentation», lance M. Vanier.

De son côté, Paul Dalcourt, président du conseil d’administration de l’ARVPAT et co-président de  l’Option pour le NON a félicité leur «ténacité manifestée depuis avril dernier  en tant que protecteurs et gardiens des berges du St-Laurent [qui] a permis que le parc Neuville-sur-Vannes et l’île de la Batture de PAT soient définitivement soustraits à ce type d’aménagement.»

Il se dit très satisfait de leurs efforts déployés «en faveur d’une meilleure connaissance,  transparence et intelligence des enjeux en cause sur notre bien commun».

En étant opposé au projet, l’ARVPAT proposait une solution «plus intelligente», selon Maurice Vanier: «nous souhaitions une amélioration de la scène, explique-t-il. La mairesse voulait qu’elle soit face aux résidences, mais en termes de qualité sonore et visuelle, il fallait qu’elle soit face au fleuve, pour que le bruit [des évènements] n’aille pas vers les habitations.»

«Un bien collectif unique»

Mario Blanchet, représentant des citoyens favorables à l’installation du belvédère en porte-à-faux est «très heureux» de la tournure du referendum: «c’est un projet audacieux, qui sort de l’ordinaire », dit-il. Selon lui, ce belvédère qui n’est pas comme les autres, ajoute un plus à l’offre culturelle.

Pour Chantal Rouleau, mairesse de RDP-PAT, ce projet représente un legs pour la population, ainsi que pour les générations futures: «je suis heureuse du résultat. En nous donnant le feu vert, l’appui des citoyens nous permet d’aller de l’avant avec l’aménagement d’un belvédère en bordure du fleuve, déclare-t-elle. C’est un projet dont nous pourrons être fiers, car c’est un bien collectif unique qui profitera à tous les citoyens.»

Selon elle, «en plus d’être aménagé sur un site exceptionnel, ce belvédère est un élément de plus qui contribuera à redynamiser le secteur du vieux Pointe-aux-Trembles tout en représentant une plus-value pour notre arrondissement».

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!