Chantal Levesque

Le projet de loi provinciale qui interdit certaines races de chien n’a pas la bonne approche, conclut un rapport du coroner sur la mort de Christiane Vadnais, attaquée par le chien de son voisin en juin 2016.

Dans un rapport publié lundi, le coroner Ethan Lichtblau juge le projet de loi 128 «décevant» parce qu’il interdit des races canines spécifiques.

Le Dr Lichtblau recommande que le projet de loi déposé en avril dernier définisse des «moyens objectifs et équitables» pour déclarer un chien ou son propriétaire comme étant dangereux, potentiellement dangereux ou nuisible.

Il recommande aussi que le projet de loi 128 centralise les signalements de morsures dans un registre québécois, oblige l’enregistrement annuel de tous les chiens auprès des municipalités, incite les propriétaires à faire stériliser leurs chiens et incite les municipalités à former des équipes de contrôle des animaux.

Le gouvernement provincial cible spécifiquement les chiens de type pitbull, qu’il juge dangereux. Or, il n’est pas possible de certifier que le chien qui a tué Mme Vadnais était bel et bien un pitbull, indique le coroner.

De plus, la tendance d’un chien à adopter un comportement agressif dépend de beaucoup plus que de sa seule appartenance à une race, mentionne le Dr Lichtblau. D’autres facteurs jouent un rôle clé, comme l’expérience, la socialisation, la formation et la santé de l’animal.

Également, une revue de la littérature scientifique démontre que «peu de faits soutiennent» une approche basée sur «l’interdiction de race spécifique», ajoute le coroner.

Accueil mitigé pour la famille
Le frère de Christiane Vadnais appuie l’idée d’un registre central des signalements et celle d’obliger tous les propriétaires canins à faire enregistrer leurs bêtes auprès de leurs municipalités. Gaston Vadnais insiste aussi sur le besoin d’éducation du public, mais exprime des réserves.

«Regardez le texto, l’alcool et, bientôt, la drogue au volant; on sensibilise le monde, mais ça n’arrête pas pour autant. Il faut une base, comme une loi», observe-t-il.

À la différence du coroner, la famille Vadnais demeure convaincue que les pitbulls sont dangereux. «Que ceux qui en ont les gardent, les fassent micropucer et castrer […] À l’avenir, on ne veut plus qu’il rentre de pitbulls au Québec», revendique M. Vadnais.

Celui-ci aurait aussi souhaité que le coroner mentionne les responsabilités qui incombaient au propriétaire, lequel n’a pas fait l’objet d’accusations criminelles.

Le rapport indique que le chien aurait été maltraité, que la clôture séparant la cour du propriétaire de celle de Mme Vadnais avait un gros trou, et que l’animal, qui avait déjà attaqué deux personnes selon un rapport de police de 2015, portait une muselière mal attachée.

«Rien ne dit que le propriétaire aurait pu être plus sévère, faire plus attention. Il n’y a rien à ce niveau-là.» – Gaston Vadnais

Québec prend acte
Le ministère de la Sécurité publique du Québec compte «prendre le temps d’analyser les recommandations du rapport du coroner».

«Celles-ci serviront à alimenter les réflexions pour bonifier le projet de loi au besoin», a indiqué le ministère dans une déclaration à TC Media.

Le ministère rappelle aussi que le projet de loi 128 «a été rédigé dans le respect des compétences municipales et de la Loi sur le bien-être animal», en plus de prévoir une «gradation des mesures de sécurité en fonction de la dangerosité des chiens».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!