(Photo: Gracieuseté - FPInnovations) Pierre Lapointe, président et chef de la direction chez FPInnovations.

Le transport en commun montréalais bénéficiera au cours des prochaines années d’une navette électrique autonome, adaptée aux dures conditions climatiques québécoises. Quatre entreprises ayant pignon sur rue à Saint-Laurent participent au projet.

«Le développement durable du transport collectif représente une priorité pour notre administration, a souligné le maire de St-Laurent, Alan DeSousa lors de l’annonce, mardi. Nous sommes heureux de constater que des entreprises québécoises partagent cette même préoccupation.»

ABB et Ericsson Canada, ainsi que Technoparc Montréal, s’allieront à FPInnovations, qui emménagera officiellement dans l’écocampus Hubert Reeves à la fin septembre.

Ce centre de recherche industriel a déjà participé à l’élaboration d’un système de transport compact électrique pour l’aéroport de Calgary et entend s’inspirer de la même plateforme pour produire la nouvelle navette à Saint-Laurent.

Motrec International, une entreprise sherbrookoise spécialisée en véhicules électriques, partagera également son expertise.

Implantation
L’implantation de la première série de navettes se fera d’ici trois ans au Technoparc. «Il s’agit d’un site idéal pour faire de l’expérimentation, car il n’y a pas de commerces ni d’écoles à proximité», mentionne le président-directeur général Mario Monette.

Les navettes seront ensuite intégrées au réseau de transport en commun montréalais.

Le projet coïncidera avec le début prévu du Réseau électrique métropolitain (REM). Il s’inscrit également dans le Plan d’action en électrification des transports du gouvernement du Québec ainsi que dans le Plan stratégique de la Société de transport de Montréal (STM) qui vise à doter son réseau de surface uniquement de véhicules «zéro émission» d’ici 2025.

Identité
«Ce projet est un geste concret qui témoigne de la volonté de l’industrie de positionner le Québec en tant que chef de file dans le domaine des transports terrestres électriques et intelligents», souligne Nadine Bernard, présidente-directrice générale de la Grappe industrielle des véhicules électriques et intelligents.

Comme l’identité du produit n’a pas encore été déterminée, un concours destiné aux étudiants des niveaux secondaire, collégial et universitaire sera lancé à la rentrée scolaire de 2017 afin de choisir le nom et le logo de la navette. C’est Mme Bernard qui sera à la tête du comité de sélection.

L’investissement total affecté au projet sera dévoilé d’ici six mois. On sait toutefois que l’enveloppe sera puisée à même l’investissement de 4,4 M$ annoncé par la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, en avril.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!