Les voisins du tout nouveau garage de la Société de transport de Montréal (STM) devront vivre avec les impacts des travaux de construction pour les quatre prochaines années. À terme, les installations souterraines accueilleront les voitures supplémentaires du métro. Le projet de 440 M$, financé à 75% par Québec, permettra d’augmenter la fréquence des trains sur la ligne orange.

Le chantier, situé devant le Centre des loisirs, à l’angle des boulevards Marcel-Laurin et Thimens, devrait se terminer en 2020.

«Cet investissement du gouvernement permettra d’améliorer de 25 % l’offre de service sur la ligne orange et de soutenir la croissance de l’achalandage prévue dans les prochaines années», a déclaré le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb, lors d’une annonce conjointe avec le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, vendredi, à Saint-Laurent.

Avec 10 rames de plus sur le réseau, l’intervalle entre deux trains pourrait être réduit à 2 minutes après la mise en service du garage, contre 2 minutes 30 actuellement.

«Nous sommes en mode réalisation avec ce projet, les astres sont alignés entre les différents paliers gouvernementaux», se félicitait le maire de Montréal, Denis Coderre, nuançant le bruit des avions au-dessus de sa tête par le fait «qu’il y a de plus en plus de vols directs».

Dynamitage
L’annonce du financement marque aussi le début de l’excavation par dynamitage. Les premières semaines, une seule détonation par jour sera effectuée, vers 17h. Par la suite et jusqu’en décembre, deux détonations par jour seront requises, vers 9h ou 12h et aux environs de 17h.

Un périmètre de sécurité de 35 mètres sera érigé lors de chaque détonation, qui sera également précédée d’un avertissement sonore de 12 coups. Les résidents des alentours pourraient entendre et même ressentir l’explosion.

Les travaux sont déjà en cours depuis mai sur Thimens, entre Grenet et Marcel-Laurin. En plus de la machinerie lourde, un mur antibruit a été construit. Le niveau du bruit avait fait l’objet lors d’une séance d’information au Centre des loisirs, en octobre. La STM estime que le bruit du chantier est inférieur à celui ambiant.

Selon l’horaire établi, les camions empruntent uniquement les grandes artères entre 7h et 19h en semaine et de 9h à 16h la fin de semaine.

Rencontres
«Toutes les institutions ont été rencontrées et des dépliants ont été distribués aux résidents», a assuré le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa.

La STM indique avoir rencontré la direction de l’école primaire Enfant-Soleil, qui fait sa rentrée cette semaine sur la rue Tassé. En octobre, la direction s’était dite particulièrement inquiète des conséquences des détonations sur les élèves, notamment les réfugiés syriens. Une demande de rencontre a été par ailleurs été déclinée par l’école Le Sommet de la rue Deguire.

«Nous entendons le forage, mais nous allons voir d’ici une semaine quelles sont les conséquences du dynamitage, a fait savoir le directeur, Herman Erdogmus. Nos élèves ont des besoins particuliers, notamment les autistes, et sont sensibles au bruit.»

Des détecteurs de monoxyde de carbone ont également été distribués. Des visites avant et après le dynamitage serviront à documenter tous dégâts éventuels.

Vous vivez proche du chantier et souhaitez partager vos impressions?
Contactez nouvellessaint-laurent@tc.tc

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!