Gracieuseté/Arrondissement de Saint-Laurent Ce pictogramme rappellera qu'il est interdit de fumer dans des lieux publics, comme les parcs, à Saint-Laurent.

Malgré la légalisation du cannabis entrée en vigueur ce mercredi, sa consommation demeure interdite dans les lieux publics de Saint-Laurent. Le conseil d’arrondissement a modifié son règlement sur les nuisances et se distingue ainsi de la décision de la Ville de Montréal.

Le maire Alan DeSousa a maintenu son approche préventive, telle qu’annoncée en conférence de presse avec d’autres élus du parti d’opposition Ensemble Montréal, le 3 octobre.

«Nous avons constaté que la légalisation du cannabis préoccupait fortement nos citoyens. La réalité est différente de celles des quartiers centraux», avait-il expliqué en marge de la séance du conseil, la veille.

M. DeSousa souhaitait que le règlement soit en place lors de l’entrée en vigueur de l’autorisation. C’est chose faite depuis la tenue d’une séance extraordinaire du conseil d’arrondissement, le 9 octobre.

«Nous avons déjà amorcé le processus de modification des quelque 250 panneaux d’interdiction de fumer en y ajoutant le pictogramme développé par le gouvernement du Québec pour le cannabis», précise le chargé de communications, Marc-Olivier Fritsch.

Si des Laurentiens ont des plaintes, ils peuvent contacter la ligne au sujet de la Loi concernant la lutte contre le tabagisme du gouvernement au 1-877-416-8222 ou la patrouille de sécurité urbaine au 514 855-5700.

Montréal
La semaine dernière, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a réitéré sa volonté d’appliquer les dispositions actuelles de la loi provinciale quant à la consommation dans l’espace public sur le territoire montréalais.

«Nous avons fait le choix d’une approche responsable, qui s’inscrit dans un esprit de respect de la loi, mais aussi dans une perspective de prévention et de réduction des méfaits», a déclaré Valérie Plante.

La Ville avait mis sur pied un comité d’experts indépendants afin de l’appuyer dans sa réflexion sur l’encadrement à privilégier. De nombreux facteurs ont été pris en compte, notamment le nombre élevé de locataires, soit 60 % de la population montréalaise.

Fumée secondaire
Selon la Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal, l’interdiction dans tous les lieux publics extérieurs aurait confiné les consommateurs dans les lieux privés intérieurs.

La concentration de fumée secondaire pourrait ainsi avoir des effets néfastes sur la santé des occupants. «D’un point de vue de santé publique, c’est préoccupant», a-t-elle commenté.

Certaines municipalités ont décidé d’interdire la consommation de pot dans tous les lieux publics. Il s’agit de Québec, Drummondville, Sherbrooke, Lévis, Terrebonne, Saguenay, Saint-Jean-sur-Richelieu, Saint-Jérôme, Repentigny, Granby et Blainville.

Boutiques
Trois boutiques de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ouvriront à Montréal, le 17 octobre. Elles se situent en centre ville, près du métro Peel, dans Ahuntsic-Cartierville, près du marché central, et dans Rosemont-La-Petite-Patrie, près de la station Jean-Talon.

La SQDC prévoirait ouvrir une nouvelle boutique par mois à Montréal, ce qui porterait normalement à 10 le nombre de points de vente de cannabis sur l’île en avril.

En collaboration avec Pascaline David.

Règlement 1140 sur les nuisances
«5. Constituent des nuisances et sont prohibés:
12° Le fait de consommer ou d’utiliser du cannabis ou tout produit dérivé dans tout lieu auquel le public a accès de droit ou sur invitation, expresse ou implicite, et notamment une rue, une ruelle, une chaussée, une allée, un trottoir, un terre-plein, un parc, une place publique, un terrain de jeu, un square, une aire de repos, un espace vert, un jardin, un centre sportif et autre emplacement du même genre, y compris les bains, piscines, saunas, gymnases, tennis, patinoires couvertes, un terrain ou tout immeuble public appartenant à l’Arrondissement ou qui sont utilisés par ce dernier.»

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!