Gracieuseté Béatrice Allard, étudiante au cégep de Saint-Laurent, est en lice pour l’obtention d’une bourse Loran.

Une étudiante du cégep de Saint-Laurent est en lice pour décrocher une bourse d’études de premier cycle Loran d’une valeur de 100 000 $. Béatrice Allard s’est démarquée parmi 5 000 candidats pour son implication communautaire.

L’étudiante de 20 ans fait partie des 88 meilleurs candidats à la bourse Loran, qui participeront à des entrevues nationales, début février.

«Je trouve que ce programme envoie un beau message, en mettant de l’avant le leadership et la résilience plutôt que les notes», souligne Béatrice Allard, qui a connu la fondation par une amie récipiendaire.

Après la première étape des formulaires en ligne, qui a demandé la rédaction de textes sur ses intérêts et accomplissements, elle a participé à des entrevues régionales comme 500 autres candidats, dont une vingtaine à Montréal. Pour Mme Allard, ce fut de belles rencontres avec des personnes brillantes.

Lors de la sélection nationale, le plus important pour elle était de rester soi-même, en accord avec ses valeurs.

«La bourse est un cadeau, mais aussi une grande responsabilité, précise-t-elle. Quelqu’un investit 100 000 $ pour toi, donc on veut être choisi pour ce que l’on est vraiment.»

Entre art et justice
L’implication de Béatrice Allard remonte à l’enfance, alors qu’elle était élève à l’école primaire à vocation musicale Le Plateau.

«J’avais remarqué que les élèves produisaient beaucoup de déchets avec leurs lunchs, j’ai donc lancé un concours en 3e année où une brigade verte vérifiait les repas des inscrits», se souvient la résidente du Plateau Mont-Royal.

Elle a ensuite poursuivi sa scolarité à l’école secondaire Joseph-François-Perrault, qui offre une concentration en musique classique et un programme d’éducation internationale.

«J’ai toujours eu un pied dans les deux mondes, indique l’étudiante désormais en double diplôme d’études collégiales (DEC) sciences humaines et musique. Je ne vois pas forcément la musique comme une profession, mais cette activité m’aide dans la vie, notamment pour la discipline, l’écoute, et je veux la développer.»

Elle a baigné dans le milieu artistique dès son plus jeune âge, avec ses deux parents cofondateurs de l’organisme ATSA – Quand l’Art passe à l’Action. C’est d’ailleurs en mémoire de son père, décédé cette année d’un cancer du poumon, qu’elle s’implique dans le comité jeunesse de la Société canadienne du cancer et leur campagne «Je te laisse» sur le renoncement au tabac.

Il s’agit d’un de ses nombreux engagements, car elle siège sur plusieurs comités, comme celui de sa Caisse Desjardins ainsi que celui du Théâtre d’Aujourd’hui, appelé «La Horde». Dans ce cadre, elle dialogue avec quatorze autres jeunes et le directeur artistique du théâtre sur la programmation et les spectacles.

Depuis septembre, elle est à la barre d’une émission en baladodiffusion, 25 %, qui vise à inclure les jeunes – qui forment un quart de la population mondiale – dans les débats de société et faire valoir leur voix auprès des dirigeants.

«L’implication est mon ADN, ma raison de me lever chaque matin», confie celle qui a aussi lancé la campagne ‪#‎finisdoncpastaphrase‬ sur les réseaux sociaux et dans quelques établissements, dont son cégep, sur le langage dans la culture du viol. ‬‬‬‬

Projet
Béatrice Allard souhaite poursuivre son parcours en droit des technologies à l’université d’Ottawa. «Les technologies changent les structures de la société, créent des litiges juridiques, mais elles peuvent apporter beaucoup si elles sont mises au service de la population», explique-t-elle.

La bourse Loran pourrait l’aider à accomplir ce projet, puisqu’elle paie notamment les frais de scolarité, en plus d’une allocation. Cependant, le mentorat est le point qui a le plus de valeur à ses yeux, afin d’avoir pour modèle des personnes de milieux variés. Ses parents sont artistes et les mentors de la bourse Loran sont souvent des politiciens, juges ou philanthropes. Les récipiendaires bénéficient aussi de 10 000 $ pour effectuer des stages d’été.

Si certains jeunes comme Mme Allard ne sont pas sélectionnés pour être les 34 boursiers Loran, ils sont admissibles à recevoir des bourses de finaliste de 5 000 $ chacune.

Loran
LORAN est l’abréviation de Long-Range Aid to Navigation, un système de navigation qui utilise les ondes de trois émetteurs pour établir une position. Les valeurs de la fondation sont la détermination, l’engagement communautaire et le leadership.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!