Une septuagénaire de Saint-Laurent s’est fait soutirer un total 9000$ par hameçonnage téléphonique le 13 juillet. Le fraudeur a prétexté être son fils incarcéré après avoir été impliqué dans un accident de la route avec les facultés affaiblies.

La victime ne pouvait identifier la voix du suspect puisqu’il lui a fait croire qu’il s’était cassé le nez lors de l’accident.

Un premier 4000$ a été transféré vers midi dans un compte bancaire identifié par le prétendu avocat de l’homme pour payer la caution.

Flairant probablement la bonne affaire, celui qui se faisait passer pour l’avocat a rappelé vers 15h. Il demandait alors 5000$, expliquant qu’il s’agissait de 20% du montant en poursuite civile des victimes de l’accident, qui s’élèverait à 25 000$.

La dame a acquiescé à cette nouvelle demande et a transféré la somme. Elle ne s’est rendu compte du subterfuge que le lendemain lorsqu’elle a appelé son véritable fils.

L’agent sociocommunautaire du poste de quartier 7, Pierre Fauchier, avise le public d’être vigilant et de ne pas hésiter à questionner les fraudeurs potentiels lors d’un appel du genre. M. Fauchier suggère qu’il peut être utile de demander une date d’anniversaire afin d’identifier une personne qui prétend être un proche.

Fraude évitée
Le zèle d’un employé de la Banque Nationale a empêché une fraude similaire à Saint-Laurent le 27 juillet. Une cliente s’est présentée au comptoir pour effectuer un retrait de près de 2500$.

Elle a expliqué au caissier avoir été contactée par un policier de la Gendarmerie Royale du Canada, l’informant qu’elle devait de l’argent pour une question relative à son dossier d’immigration. Les fonds devaient être acheminés par une agence de transfert d’argent.

Le caissier a trouvé qu’il y avait anguille sous roche, a refusé d’effectuer le retrait et a aussitôt alerté le Service de police de la Ville de Montréal.

Il est à noter qu’aucun service de police au pays n’est autorisé à exiger le versement d’un montant d’argent quelconque par agence de transfert.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!