NASA/JPL-Caltech/T. Pyle (IPAC) Une représentation de ce que pourrait avoir l'air une des exoplanètes.

Un groupe de scientifiques a annoncé mercredi avoir découvert un système solaire composé de sept planètes de taille semblable à la Terre et celles-ci pourraient abriter la vie.

Le professeur à l’Université de Montréal et directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes (IREX), René Doyon, participera aux recherches qui permettront de savoir s’il y a de la vie sur ces planètes. TC Media lui a parlé.

monde-rene-doyonQu’y a-t-il d’exceptionnel dans cette découverte?
Ce n’est pas la première fois qu’on trouve une planète potentiellement habitable, mais la nouveauté, c’est que celles-là sont très proches du Soleil. Ce sont des planètes qu’on pourra étudier en détail, dont on pourra sonder l’atmosphère et qu’on pourra voir s’il y a de l’eau.

Réussira-t-on à le savoir dans un avenir proche?
À l’Université de Montréal, nous serons responsables d’un des quatre instruments du télescope spatial James Webb, qui sera lancé en octobre 2018. Cet outil est conçu notamment pour sonder l’atmosphère des planètes. Au printemps 2019, on pourra commencer les observations. S’il y a de l’eau, on devrait être capable de le détecter.

«La grande surprise est qu’il n’y en a pas une, mais sept, dont trois dans une “zone habitable”.» – René Doyon, professeur à l’Université de Montréal et directeur de l’IREX

Comment pourra-t-on détecter s’il y a une atmosphère et de l’eau?
C’est une observation très difficile à faire. Quand les planètes passent devant leur étoile, on voit une petite baisse de luminosité; c’est comme ça qu’on peut détecter qu’il y a une planète. Si elle a une atmosphère, elle va filtrer la lumière de l’étoile et ce filtrage nous donne des informations sur la composition chimique de l’atmosphère. C’est une technique qu’on utilise pour des planètes plus grosses, comme Jupiter.

Nous n’avons pas vu ces planètes. Sur quoi s’appuie-t-on pour dire qu’elles sont rocheuses et qu’on pourrait y trouver de l’eau?
On connaît leur taille et on a une idée de leur masse. Si on a le rayon et la masse, on peut connaître la densité. Et sur ce plan, elles sont tout à fait similaires à celle de la Terre. Mais c’est de la spéculation. Pour avoir de l’information concrète, il faut passer à l’autre étape, avec un télescope plus puissant.

Pourtant il s’agit de planètes bien différentes de la nôtre?
Les années se mesurent en jour là-bas et les planètes sont en rotation synchrone qui fait qu’elles montrent toujours la même face à l’étoile, il y a donc probablement un côté de la planète qui est très froid et s’il y a de la vie c’est peut-être sur la partie ensoleillée. Mais on sait de la Terre, que la vie se développe dans des environnements très divers, que ce soit chaud ou froid. Ce n’est donc pas impossible que la vie se développe là-bas.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!