The Associated Press Donald Trump en compagnie d'anciens militaires navajos.

WASHINGTON — Les proches d’anciens combattants navajo dont le service a été salué lundi à la Maison-Blanche affirment être stupéfaits que le président Donald Trump ait profité de l’occasion pour attaquer une rivale démocrate.

M. Trump a traité la sénatrice Elizabeth Warren de «Pocahontas», le nom d’une princesse amérindienne du 17e siècle.

Le petit-neveu d’un ancien militaire navajo, Marty Thompson, a réagi en disant que M. Trump «peut dire ce qu’il veut quand il fait ses affaires présidentielles parmi son peuple, mais quand vient le temps de rendre hommage aux anciens combattants ou à d’autres, il doit grandir et cesser de dire des choses comme ça».

Le commentaire de M. Trump a rapidement suscité la colère de représentants autochtones et de politiciens. La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a répliqué que le président «n’avait certainement pas l’intention» de lancer une insulte raciale.

M. Trump y est allé de cette remarque près d’un portrait de l’ancien président Andrew Jackson, qui a expulsé plusieurs peuples autochtones de leurs terres ancestrales dans le sud des États-Unis.

Les anciens combattants navajo étaient honorés pour avoir développé un code basé sur leur langage qui a été utilisé pour déjouer les Allemands pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!