Ah, la bonne vieille technique pour se faire des clics: montrer une photo complètement hors contexte et avancer qu’on y voit quelque chose de sinistre (c’est encore mieux si on affirme que ce sont des gens d’une autre culture qui sont méchants). Points bonus si on réussit à associer cette chose sinistre à quelque chose de courant dans la vie quotidienne.

C’est une formule gagnante. À preuve:

Capture d’écran 2016-04-11 à 12.34.00

«Voilà d’où elle vienne vos extension 😠», affirme-t-on, avec une belle photo d’enfants indiens qui pleurent.

Maudit, je le savais, l’industrie du cheveu artificiel est encore allée trop loin! On torture des enfants pour faire des perruques!

Ce que ces photos montrent vraiment

Les photos sont vraies, mais elles montrent la cérémonie hindoue du Chudakarana. Lors de cette cérémonie, des fillettes de 11 mois à 3 ans reçoivent la seule coupe de cheveux qu’elles auront de toute leur vie. C’est un genre de rite de purification.

Et, oui, les enfants pleurent parfois lorsqu’on leur rase le crâne.

Mais avant de dire «bande de sauvages!», voici un enfant qui se fait baptiser:

ThinkstockPhotos-56383154

Voici un autre enfant qui prend son bain:

Close-up of parents giving their son a bath

En gros: des enfants, ça pleure tout le temps, et c’est normal que se faire couper les cheveux dans un temple avec des centaines de personnes qui regardent risque de déclencher une petite série de sanglots.

À propos des perruques indiennes

L’Inde exporte en effet plus de 500 tonnes de cheveux humains par an, à un point tel que certains appellent cette industrie le «black diamond» (le diamant noir). La raison? Justement parce que les femmes hindoues ne se coupent que très rarement les cheveux.

Lors de cérémonies dans plusieurs temples, des femmes offrent symboliquement leur longue crinière à Vishnu ou Shiva, deux dieux hindous. Elles offrent volontairement leur chevelure en l’espoir d’améliorer leur santé ou de recevoir quelconque récompense des dieux. Quelque 1500 femmes participent à cette cérémonie à chaque jour.

Mais voilà: l’Inde est une superpuissance mondiale des perruques précisément parce que le pays a accès à un important volume de cheveux très longs, n’ayant jamais été coupés de la vie de la femme. Ce n’est pas quelques couettes de bambins qui vont faire une très belle extension.

En résumé: non, vos extensions ne viennent (probablement) pas de la tête d’un bébé qui pleure.

Aussi dans Inspecteur viral :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!