L’industrie du jeu vidéo était rassemblée à Los Angeles la semaine dernière à l’occasion du salon Electronic Entertainement Expo (E3). Voici mes coups de cœur lors de l’événement.

 Les jeux innovants

Trois jeux vidéo présentés au E3 brisent le moule et inventent carrément de nouveaux genres, dont l’industrie s’inspirera sans aucun doute pendant encore plusieurs années. Les voici.

 

Sea of Thieves (Xbox One, Windows)

Probablement l’un des concepts les plus fous de la (courte) histoire des jeux vidéo en ligne. On y incarne un pirate qui part à la recherche d’aventures et de trésors cachés dans des iles, perdus dans des épaves ou entreposés dans la cale de vaisseaux ennemis. À bord de son bateau, aucun rôle n’est désigné parmi les membres de l’équipage, et c’est ce qui fait toute la beauté du jeu. Si les joueurs ne communiquent pas et n’arrivent pas à s’entendre sur ce qu’ils souhaitent faire, rien ne bouge.

Car faire avancer un navire est une tâche colossale. Lever et baisser l’ancre, placer les voiles, contrôler la barre de gouvernail, avertir les autres de la présence d’un rocher ou d’un bateau ennemi du haut de la vigie, lire la carte dans la chambre du capitaine (et crier ses instructions aux autres), réparer la coque : chaque joueur doit y mettre du sien. Et comme dans la vraie vie, les équipages qui travaillent à l’unisson seront ceux qui connaîtront le plus de succès.

Sea of Thieves du développeur britannique Rare est le jeu qui provoquait le plus d’éclats de rire la semaine dernière au E3. Il s’agit d’un véritable jeu de rôle social, où les joueurs de tous les âges et de tous les horizons se mélangent le temps de laisser leur vie de côté et d’adopter un personnage de flibustier jovial pour quelques heures. À surveiller lors de son lancement en 2018.

 

A Way Out (PS4, Xbox One, Windows)

Alors que les jeux coopératifs sont généralement réservés aux puzzles ou aux jeux d’action, A Way Out est plutôt un jeu d’aventure, qui propose de suivre en parallèle l’histoire de deux personnages, chacun sur une moitié d’écran. Le nouvel opus du créateur de Brothers : A Tale of Two Sons ne sera pas lancé avant l’année prochaine, mais le titre s’annonce déjà comme un tour de force narratif.

Sur les quelques heures que durera l’aventure, l’action ne devrait jamais se répéter, et les joueurs, idéalement installés côte à côte sur un même sofa, devront s’entendre sur la marche à suivre, et découvrir à deux cette histoire d’évasion.

Les joueurs plus âgés auront peut-être de la difficulté à trouver quelqu’un avec qui jouer pendant plus de 6 ou 7 heures d’affilée, mais A Way Out devrait néanmoins permettre quelque chose qui n’a jamais été fait : vivre une histoire interactive à plusieurs, et non en solitaire. Un film est souvent meilleur en groupe. Pourquoi ne serait-ce pas la même chose avec un jeu vidéo?

 

The Darwin Project (Xbox One, Windows)

Le premier jeu du studio montréalais Scavengers représente à merveille l’esprit du temps : un jeu de tir et de survie en ligne qui est conçu autant pour être joué (et rejoué) que pour être regardé sur Internet, à l’aide d’un service comme Mixer (la réponse de Microsoft à Twitch d’Amazon).

The Darwin Project rappelle la série Hunger Games, puisqu’elle met en scène une lutte à mort télévisée se déroulant dans les rocheuses canadiennes. Pendant que les joueurs doivent couper du bois pour se faire des flèches ou allumer un feu afin de ne pas mourir de froid, un réalisateur contrôle la caméra et peut changer les règles du jeu comme bon lui semble. Les spectateurs, eux, peuvent envoyer des cadeaux virtuels pour aider leur joueur préféré et influencer le déroulement de la partie.

Même si le développement du jeu n’a débuté qu’il y a neuf mois, celui-ci est déjà amusant, et a le potentiel pour faire un tabac auprès des millions d’amateurs qui regardent des jeux en ligne quotidiennement.

 

Les jeux à grand déploiement

Il n’est pas toujours nécessaire de réinventer la roue pour créer un bon jeu. Voici les jeux à grand déploiement auxquels j’ai le plus hâte de jouer

 

Detroit: Become Human (PS4)

Detroit : Become Human aurait probablement pu se glisser dans la liste des jeux innovants. Cette histoire interactive raconte l’histoire de robots humanoïdes dans un futur où le travail se fait de plus rare. On y incarne trois personnages, et les choix qu’on fait (ou les missions que l’on réussit ou échoue) affectent le déroulement du jeu.

J’ai accroché sur l’histoire et sur la qualité visuelle du jeu, mais aussi sur l’émotion que le réalisateur David Cage parvient à créer dans les scènes présentées. J’étais littéralement au bout de mon siège en tentant de sauver une fille des mains d’un robot en pleine crise.

Sans aucun doute le jeu auquel j’ai le plus hâte de jouer. Pour les intéressés, je me suis entretenu avec le créateur de Detroit : Become Human ici. Lancement prévu en 2018.

 

Far Cry 5 (PS4, Xbox One, Windows)

Le populaire jeu de tir subjectif d’Ubisoft Montréal est de retour, et se déroule cette fois-ci aux États-Unis, où une région du Montana est littéralement coupée du monde et prise d’assaut par une secte. La prémisse est intéressante, et les modifications apportées au jeu – comme l’ajout de combats aériens – touchent généralement la cible.

Un bon divertissement, que les amateurs du genre vont aimer et qui va sans l’ombre d’un doute permettre à Ubisoft de vendre des millions de copies. J’ai particulièrement hâte de découvrir chacun des personnages créés pour Far Cry 5, qui semblent tous plus grands que nature. Lancement en février 2018.

 

Call of Duty : WWII (PS4, Xbox One, Windows)

Après Battlefield  l’année dernière, c’est au tour de Call of Duty de faire un retour aux sources. Terminé les combats futuristes, la franchise revient cette année dans le passé, et la transition semble s’être bien déroulée.

Je n’ai pas essayé la campagne solo, mais le volet multijoueur est particulièrement réussi. Le jeu n’a rien perdu de sa vitesse (ce que je craignais), et un nouveau mode où des attaquants doivent avancer et prendre les positions défendues par l’ennemi (ce qui rappelle d’ailleurs Battlefield 1) touche particulièrement la cible.

Call of Duty : WWII sera d’une importance cruciale pour Acivision. Après deux opus décevants, son succès ou son échec devrait déterminer l’importance de la franchise dans le futur de l’entreprise. Ma session de jeu au E3 m’a convaincu qu’il y a probablement un bon avenir pour ce qui était jusqu’à tout récemment le jeu le plus populaire de l’industrie. Lancement en novembre 2017.

 

Super Mario Odyssey (Nintendo Switch)

Plusieurs publications ont accordé le prix du jeu de l’année au E3 à Super Mario Odyssey. Le nouveau Mario en 3D est d’un genre complètement nouveau pour la franchise, et se rapproche plus d’un monde ouvert, où il faut accomplir différentes missions pour avancer, que d’un jeu de plateformes traditionnel.

Il s’agit, et de loin, du jeu avec lequel j’ai le plus joué au E3, et j’aurais poursuivi ma session de jeu si j’avais pu le faire.  Les nouvelles mécaniques du jeu, où Mario peut lancer son chapeau, fonctionnent à merveille, et Super Mario Odyssey s’annonce déjà comme le genre de jeu qu’on voudra explorer de fond en comble, afin d’en découvrir tous les trésors cachés. Une belle surprise, qui devrait trouver son chemin vers pratiquement toutes les consoles Switch en circulation lors de son lancement avant le temps des fêtes.

 

Jeux auxquels je n’ai pas joué (mais…)

Je n’aime pas parler des jeux auxquels je n’ai pas joué, mais trois titres présentés au E3 la semaine dernière méritent quand même qu’on y accorde un peu d’attention.

 

Beyond Good and Evil 2 (plateformes à venir)

Une suite à un jeu culte d’Ubisoft lancé en 2003, qui est en développement depuis plus d’une décennie. Le retour de Beyond Good and Evil 2 à l’E3 est une excellente nouvelle pour les amateurs. On aurait aimé une démo jouable, mais la bande-annonce devra nous contenter pour l’instant.

Après 14 ans d’attente, les amateurs sont de toute façon capables de patienter encore un peu plus…

 

Wolfenstein II: The New Colossus (PS4, Xbox One, Windows)

Un jeu de tir qui ne se prend pas trop au sérieux et qui se déroule dans des États-Unis contrôlés par des nazis. Sans aucun doute la bande-annonce la plus impressionnante de l’E3, assez pour que le jeu se mérite une place dans ce palmarès, même si son éditeur Bethesda ne semblait pas particulièrement intéressé à ce que tout le monde puisse y jouer.

Le jeu devrait être lancé en octobre 2017, trois ans après la parution de Wolfenstein : The New Order, un  jeu qui avait réussi à remettre au goût du jour cette franchise datant de 1981.

 

Shadow of the Colossus (PS4)

Shadow of the Colossus pour la PS2 est l’un des titres les plus louangés de l’histoire du jeu vidéo, l’exemple classique à donner à quelqu’un qui se demande si le jeu peut vraiment être considéré comme une forme d’art. Aucune démo jouable de cette réédition n’était accessible au E3, mais la vidéo présentée lors de la conférence de presse de Sony était carrément époustouflante.

Alors que je ne suis pas un grand amateur des reprises au cinéma, la chose est beaucoup plus sensée dans le jeu vidéo, puisque les jeunes amateurs (ou les plus vieux qui ont raté le jeu la première fois) ne peuvent pas essayer les classiques autrement.

On aurait aimé un lancement avant la sortie de Last Guardian en 2016 (le dernier jeu créé par le réalisateur de Shadow of the Colossus, Fumito Ueda, que j’avais d’ailleurs adoré), mais il s’agit néanmoins d’une excellente nouvelle pour les amateurs de jeux vidéo. À quand la réédition d’Ico?

Suivez Maxime Johnson sur Twitter et Facebook.

Aussi dans Jeux vidéos :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!